UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2014

Cirque de province

Le cirque Frankie Zavatta s'est arrêté à Chatillon, après un passage à Laignes, et il poursuivait ensuite sa route à Montbard et peut-être Dijon. Deux jours d'arrêt, deux spectacles dans la journée.

Il avait planté sa tente dans la grande esplanade parking à l'entrée de la ville, face au musée du Châtillonais, là où est exposé le célèbre vase de Vix (que tout un chacun devrait aller voir au moins une fois dans sa vie).

Ce qui était joli c'étaient les animaux exotiques qui broutaient l'herbe accrochés à un pieu afin de ne pas trop s'éloigner. A deux pas, les petits vieux jouaient à la pétanque.

lamas petanque.JPG

Il y avait un dromadaire, des lamas, dont un avec son bébé (trop mignon), des petites chèvres et un joli poney shetland bai noir très gentil.

bébé lama.JPGchèvre.JPGchameau.JPG

Tous ces animaux etaient en libre accès si j'ose dire.  Personne ne les surveillait. Les artistes du cirque faisaient confiance à la bienveillance du public. En effet personne ne s'est amusé à leur donner des choses à manger ni à les kidnapper. En ces temps d'hypersécurisation et judiciarisation c'est rassurant. 

La dernière fois que j'avais caressé un chameau c'était justement un été, il y a presque 40 ans, quand un cirque s'était arrêté dans le village où nous passions nos vacances. Le poil de chameau est très doux. Et un chameau bien traité - tout animal bien traité - est gentil et non agressif.

Ni une ni deux, nous sommes revenus le lendemain pour le spectacle.

Il fut charmant. Les artistes peu nombreux effectuaient chacun plusieurs numéros. La palme à une jeune femme roumaine, acrobate, qui a fait du trapèze fixe et de l'équilibre. Elle a notamment revisité le numéro des rubans en se faisant hisser dans un filet de pêche, sur la musique de la petite sirène de Disney bien sûr. Elle faisait aussi un duo avec son partenaire en effectuant de très beaux portés. Ils l'ont joué humoristique, arrivant habillés en Blues brothers et des chiens intervenaient dans le numéro ! Plus tard dans la soirée, il ont d'ailleurs présenté un excéllent numéro de chiens qui a remporté un franc succès auprès du public. La diversité des races (pour la plus part, un joyeux mélange) et des tailles, les rendaient particulièrement sympatiques. Enfin, moi j'aime les chiens, et les petits corniauds.

Parlons un peu du public... Hélas il n'était pas très fourni. A 21 heures, j'estime que nous devions être maximum 60 personnes et pas mal de places avaient été gagnées via la radio locale. Il y avait eu bcp plus de monde au spectacle de 18 heures. Ce qui me rassure un peu.

Conscients de leurs moyens, les concepteurs du spectacle en jouait en respectant les codes du cirque à l'ancienne. D'où des numéros d'équilibre avec des poignards, de magie, de jonglage et de lasso, très classique, exécutés parfaitement et tout à fait plaisants.

Malgré toutes ses limites, le cirque a présenté un numéro de lions ! Le dompteur était un petit bonhomme d'au moins 75 ans, Mike Burns, qui s'est débattu avec la mauvaise volonté d'un lion splendide qui n'avait envie de rien faire, mais qu'il a chevauché, caressé dans tous les sens et dont il a tiré la crinière comme s'il s'agissait d'un gros chat. Nous avions bcp de peine pour lui chaque fois qu'il devait déplacer des tabourets et des agrès pour ses lions. Il a fait entrer un deuxième lion qui lui était vraiment coopératif et a fait un petit numéro d'équilibre (il a marché sur les montants d'un échelle) en regardant vraiment bien où il mettait les pieds... C'en était touchant. Et tout a fait impressionnant !

Il y eu l'instant "exotique", une voix off, représentant Achille Zavatta, nous expliquait que le cirque avait peu d'aimaux, ce qui était un choix, et qu'il était fier de nous présenter quelques espèces venues d'ailleurs afin de nous faire rêver. Et le chameau que nous avions vu dehors est venu faire un tour de piste et s'est agenouillé. Ensuite sont arrivés les lamas. Le tout a duré 5 minutes mais ce fut charmant.

Sincèrement, j'ai passé un excellent moment. J'étais consternée par comment un groupe d'enfants livrés à eux même se comportaient mal, hurlant, courant à travers les gradins, se battant. A l'entracte, nous sommes partis nous asseoir loin d'eux. J'ai eu l'impression qu'ils se comportaient comme s'ils étaient devant leur télé...

Après le spectacle, ni une ni deux, tous les artistes mettaient la main à la pâte pour commencer à démonter. Quel travail pour une salle qui avait du contenir au maximum 35 spectacteurs payants. J'ai beaucoup d'admiration pour eux et j'espère qu'il y aura des jours avec plus de monde. C'était un spectacle sincère, sans faux semblants, simple. Techniquement irréprochable. Plus important pour moi, j'y ai retrouvé toute la joie de mon enfance. 

DSC_0151.JPG

 shetland.JPG

27/07/2014

Square de la rue du port-royal

Les massifs de ce jardin dont j'ai oublié le nom sont particulièrement kitch mais ce mélange de textures et de couleurs est très gai.

2014-07-26-17-14-35.jpg2014-07-26-17-15-54.jpg2014-07-26-17-16-45.jpg2014-07-26-17-15-15.jpg

14:34 Publié dans Fleurs, Jardin | Lien permanent | Commentaires (0)

Psychologie enfantine

Je me détend dans un très joli jardin pas loin de la rue des Francs-Bourgeois, celui de la maison de l'Europe. Pour y accéder, il faut traverser la cour de l'hôtel XVIIIe, aller tout de suite à gauche, dans le hall on aperçoit sur la droite un petit couloir qui vous mène au jardin, peu fleuri, doté d'un grand rectangle de pelouse avec quelques jeux en bois pour enfants de 2 à 4 ans. Des bancs et des fauteuils en teck en garnissent les côtés.

2014-07-26-16-17-06.jpg

Je m'installe dans un coin. Tous les bancs sont occupés. Sur la pelouse un groupe de jeunes hommes qui parlent en français et puis reviennent à leur langue maternelle, l'anglais. Un surtout est parfaitement audible, raconte ses déboires dans son job actuel avec un chef de service sadique et des clients débiles. Je crois comprendre qu'il travaille dans une boutique...

Arrive une famille traînant un cabas sur lequel est accroché un bouquet de ballons gonflés à l'azote aux charmantes couleurs.

2014-07-26-16-32-05.jpg2014-07-26-16-35-03.jpg

 

Une petite fille blonde avec une très jolie robe de fête me fait immédiatement comprendre la situation. Il s'agit d'un goûter d'anniversaire. Les invités vont se joindre au goûter pic-nic. Le papa, anglo-saxon, s'occupe de gonfler les ballons pouf, sa fille se saisit immédiatement du rose et part rebondir sur la pelouse.

Peu à peu d'autres enfants arrivent, qui apportent des cadeaux qui ne sont presque pas regardés par l'intéressée. Une des invitées, charmante bambine blonde en jupette jean et t-shirt design, tente en vain de lui tendre son cadeau. Quand à son tour elle veut jouer à la balle, la reine de la journée la lui arrache des mains en lui disant que c'est sa balle. Quand on lui explique que ce n'est pas gentil, elle part à l'autre bout du jardin rouge et en larmes. Le père tente un "It's just a ball". Finalement, l'invitée lui court après avec la balle et la lui rend.

La mère, française, sort un flacon de bulles de savon. Tout de suite, sa fille le lui prend des mains et commence à souffler. C'est hyper joli. En voulant montrer comment faire des bulles à une petite amie, elle ne se rend pas compte qu'elle ne tient plus le flacon droit et elle le vide quasiment dans la pelouse. Sa mère n'a pas eu le temps de la mettre en garde. Re-larmes et crise. Sa maman la console, la prend dans ses bras et tente de la calmer. Une autre invitée arrive et veut tout de suite lui donner son cadeau, mais elle ne quitte pas les bras de sa maman et continue à hurler. Sa maman lui dit, ne t'inquiète pas, je t'en donnerai d'autres...

La nouvelle arrivée s'intéresse aux ballons de baudruche. Immédiatement, la reine de la fête se précipite et dit ils sont à moi ! Sa maman tempère et explique qu'à la fin de l'après-midi chacun repartira avec un ballon. La petite continue en se saisissant des ficelles, ils sont à moi. Elle est si brusque, qu'elle arrache le noeud et tous les ballons s'envolent dans le ciel ! Pleurs évidemment ! Je vous laisse deviner la réaction de la mère. Ma pauvre chérie, ce n'est pas grave. Regarde comme ils sont jolis dans le ciel !

J'ai trouvé très étrange comment cet enfant sabotait littéralement sa fête d'anniversaire. 

Je suis partie avant que la nourriture soit déballée... (Je me demande ce qui se serait passé avec le gâteau !)

J'ai été frappée par son comportement. Il me parait que cette petite, alors qu'on tente de lui éviter toute frustration, se met constamment et paradoxalement toujours en condition d'être frustrée. Par ailleurs, elle contrôle toujours tout. Ce qui est à la longue épuisant.

En somme, elle a tout pour être heureuse, mais ne me parait pas si heureuse que ça.