UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2015

Alternative à la grande distribution

Déprimée par le fait que tout ravitaillement alimentaire se faisait forcément à l'hyper situé en marge de la ville, j'ai poussé l'enquête pour voir si une alternative existait. En effet, les fruits et légumes font pleurer et le pain surtout, nous manquait cruellement.

Il y a bien un marché en ville, le samedi matin, mais la seule fois où j'y suis allée j'en suis ressorti tout aussi déprimée ! Les deux boulangeries existantes faisaient elles aussi pitié ... Etant comme on dit "à la campagne" il me semblait impossible qu'il n'existe pas une AMAP ou une autre possibilité d'acheter des légumes dignes de ce nom. En lisant attentivement la brochure du centre d'information touristique je vois qu'il y a une ferme qui fait travailler des personnes en re-insertion. Tous leurs légumes sont bio ! Et ça se passe pas si loin que ça, à Ste Colombe sur Seine. Qui plus est, quand on revient de Ste Colombe, on passe par Montliot, et c'est précisement là qu'un couple composé d'un cultivateur et de sa femme ont décidé de se lancer dans la culture de céréales bio et de fabriquer du pain avec leurs farines. La boulangerie n'est ouverte que les mardis et les jeudis de 17 heures à 19.30. 

Donc jeudi, achats au GREN de Ste Colombe, où dans une belle cour de ferme, nous avons fait tranquillement la queue pour acheter de très belles courgettes jaunes et vertes, un pâtisson, des aubergines, des tomates et une botte d'oignons rouges ! Une femme vous sert, et une de ses collègues enregistre le poids et les prix dans un petit portable qui tient la comptabilité. Il faut donc patienter quelques minutes que tout soit bien entré dans l'ordinateur pour régler et partir avec ses achats. Il y avait aussi des pommes de terre, des carottes et des betteraves rouges. J'aurais bien aimé qu'ils aient des fruits ! Mais déjà avoir plein de bons légumes pour 10 euros suffisait à mon bonheur. Bcp de clientes ont commandé leur panier et viennent le retirer. Par ailleurs ils ont leur étal le samedi matin au marché de Châtillon sur Seine.

 

ob_6d326f_uc-id-0bzud8lccr9mjckdytxbswgnxz0k.jpeg

 

 

 

Nous sommes repartis de là heureux comme tout car en plus, d'avoir de bons produits,  la personne qui tient la caisse vous remercie chaleureusement avec un sourire lumineux qui va droit au cœur!

http://www.association-gren.fr/paniers-de-l%C3%A9gumes.html 

 

Après ça, ce fut l'expérience de la boulangerie Les Epis d'Antide, où la boulangère nous explique que son mari cultive les céréales en bio depuis 2009 et qu'elle fabrique le pain après avoir passé son CAP de boulangerie. En effet, sur internet, grâce à un article du "Bien public", je découvre qu'elle travaillait à la MJC de Châtillon avant de décider sa reconversion.On y trouve des pains au froment, à l'épautre, au petit épautre, au colza, au graines de lin, complet, tous au levain. Sur une table, une corbeille de pain avec deux pots de confiture maison invitent les clients à se faire des tartines ! Il y a aussi un cruche d'eau avec des tasses pour boire. Nous avons acheté trois pains après que Mme Laure Betrand nous eut expliqué les farines avec lesquelles ils étaient fabriqués. C'était fort sympatique de la voir assise sur un banc, derrière la table aux tartines rejointe par son mari Reynald, qui lui était tanné par le soleil et venait se reposer dans la fraîcheur relative de la grange qui sert d'espace de vente ! Un bel endroit, aux pierres et poutres apparentes, avec une auge en pierre sous la porte et de simples meubles en bois. Maintenant nous savons que le jeudi, on peut acheter pain et légumes bio pour la semaine. D'ailleurs, nombreux sont ceux qui passent après le Gren acheter leur pain chez M. et Mme Bertrand.

Mis à part la satisfaction d'avoir de bons produits sains, j'étais contente de ces rencontres et de la découverte de belles initiatives positives !

Et ici la page FB des Epis d'Antide :

https://www.facebook.com/pages/Les-Epis-dAntide-paysan-boulangère-Bio/640489462650211

Et l'article sur Mme Bertrand :

http://www.bienpublic.com/haute-cote-d-or/2011/08/22/une-boulangerie-a-la-ferme

10172818_983885548310599_26213898424187174_n.jpg

 

22/07/2015

Promenades dans le Châtillonais n°5 - Etangs des Marots

Chaleur écrasante, à la recherche d'un lieu qui puisse évoquer la fraîcheur, nous nous dirigeons vers Villiers le Duc et Voulaines les Templiers où se situent les étangs des Marots.

DSCF6902.JPG

 

Nous garons la voiture dans un aire prévue pour et nous nous dirigeons vers les bois en montant une côte : le sentier est bien fléché en jaune!  Le chemin est long, à un certain moment des cailloux y ont été déversés ce qui rend la marche presque désagréable. Il n'y a personne. Arrivés en haut d'un plateau nous bifurquons vers la gauche, et après une dizaine de minutes de marche en plein soleil - les arbres ont été coupés - nous retrouvons les bois. Au bout d'une vingtaine de minutes, nous tombons nez à nez avec un renard.

DSCF6879.JPG

Il est étalé sur le sentier comme endormi. Il se dresse sur son séant et nous observe. Nous ne bougeons plus. Nous voyant immobiles, il reprend sa position couchée. Nous décidons d'avancer très doucement. Il se redresse. Nous nous arrêtons une nouvelle fois. Il continue de nous regarder. Au bout de deux-trois minutes, nous décidons de reprendre notre marche. Alors, nous voyant approcher, il décide de traverser le chemin et de se cacher dans les fourrés. Arrivés à son niveau, nous constatons qu'il n'a presque pas bougé et nous pouvons l'observer à loisir à travers les broussailles. Il nous donne l'impression d'avoir soif et d'être un peu écrasé par la chaleur.

DSCF6880.JPG

Ce fut un moment très fort, qui m'a rappelé ces joies intenses quand nos chemins croisaient un kangourou ou un un gros lézard étrange, en Australie. Ce face à face avec la vie sauvage est merveilleux.

A un moment le chemin a pris une pente descendante assez raide, et au bout d'une vingtaine de minutes nous sommes arrivés à la voie Tezenas, route forestière qui longe les étangs. Là nous avons pris sur la gauche au lieu de continuer vers l'abbaye du Val des Choues. Nous avons longé cette route forestière quasiment déserte à part trois voitures.

Les étangs sont beaux. Un havre de paix, une tache bleue et verte.

DSCF6907.JPG

Nous avons passé un premier étang, l'étang de la combe noire et ensuite sommes arrivés à l'autre étang, bien plus vaste. Trois pêcheurs semblaient ne pas faire grand chose. Nous avons parcouru un sentier entouré par de beaux papillons oranges (que nous avions pu voir également en forêt), des Argynnis paphia (?). DSCF6889.JPGJe me suis glissée sous les arbres pour m'approcher du ruisseau où j'entrapercevais des poissons. Un martin pêcheur vola au dessus de ma tête, je ne vis qu'un éclair turquoise briller au soleil !

DSCF6898.JPG

Nous avons assez vite retrouvé la voiture et avons repris la route vers la maison.

 

DSCF6886.JPG

20:29 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1)

16/07/2015

Comment j'ai vu 1900

Encore un vieux bouquin trouvé sur une table, dans la section Puces du marché d'Aligre, cette fois-ci, très économique, 1 euro.

DSCF6854.JPG

J'adore les Mémoires. Par exemple, j'ai beaucoup aimé le livre de Gyp, "Du temps des Cheveux et des Chevaux, souvenirs du second empire" que j'avais exhumé de la cave de ma grand-mère, dans son édition de poche d'époque, Calman Levy à la couverture bien abîmée, et pour cause, il est sorti en 1929 ! 

"Le perroquet vert" de la princesse Bibesco, est de la même veine, mais d'un niveau littéraire bien supérieur. Je l'ai trouvé dans un carton sur un trottoir de la rue des Tournelles, vers la fin des années '90. Une chance. Il s'agissait d'un Cahier vert de Grasset, 1ère édition de 1924 numérotée, 6651 sur 6740. Le papier est de mauvaise qualité, mais ma mère me l'a relié ce qui le protège.

Cette manie des mémoires m'est venue en lisant l'édition au Mercure de France des mémoires de la Marquise de la Tour du Pin - journal d'une femme de 50 ans, 1778-1815. Cette femme extraordinaire a été entre-autres choses, dame de compagnie de Marie-Antoinette. Ses mémoires sont passionnants. Le livre avait été offert à ma grand-mère pour un Noël 1984. Je l'ai gardé depuis, et prêté, et on ne me l'a pas rendu. Elle a correspondu avec Mme de Staël. Pauline de Broglie a publié une partie de la correspondance de Mme de Staël et lui a consacré trois livres...

Bref. Depuis je m'intéresse aux livres biographiques, notamment écrits par des femmes.

Pauline de Broglie, qui devint la Comtesse de Pange en épousant son mari, témoigne dans ce charmant volume de ce qu'était la vie d'une jeune fille comme il faut élevée dans une famille aristocratique. Elle s'ennuie, rêve de s'instruire, d'étudier et c'est ce qu'elle parviendra à faire, même si d'une façon désordonnée et parcellaire (selon elle). Elle adore l'équitation et parle avec passion de ses séances de manège. Son livre se lit d'une traite.

Hélas je n'ai qu'un des trois tomes, celui du milieu, racontant son adolescence ! J'espère trouver les deux autres, celui relatant son enfance et celui qui évoque sa rencontre avec celui qui deviendra son mari.

On la retrouve dans ce précieux document de l'INA :

http://www.ina.fr/video/CPF86628004

 

CPF86628004.jpeg