Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2015

Vieux papiers

Sur le trottoir je passe devant un amoncellement de vieille choses, quelqu'un a du vider un appartement où une cave. Dans un tiroir de commode posé sur le sol un homme déjà fouille frénétiquement. Je suis touchée par les lettres, un PV, de vieilles feuilles de maladie, quelques photos qui traînent. Je n'aimerai pas que mes affaires personnelles se retrouvent ainsi jetées à la rue. Plutôt faire en sorte que tout soit brûlé avant que ça ne se termine ainsi.

Machinalement j'emporte une petite enveloppe avec moi. Une fois rentrée à la maison je regarde la carte qui s'y trouve. Je tombe sur un mot très personnel et touchant.

DSCF6572.JPGDSCF6571.JPGlettre1.jpg

Maintenant je suis dépositaire de cette lettre intime. Je pense qu'elle doit être brûlée. Elle ne mérite pas d'être jetée et son destinataire - où qu'il se trouve - mérite le repos.

(Christian, je sais qu'il y a un trésor dans ton coeur et aussi que la vie est plein de méandres. Je ne sais pourquoi, j'ai une immense confiance en toi, je crois que tu peux me permettre de vivre au plus jutes qui je suis, j'espère pourvoir t'aider à être l'être rayonnant que tu es.)

19:04 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (4)

Provins - Musée découverte de Jeanne Chauvin

Visite de Provins le week-end dernier. Découverte de la ville médiévale qui me fait penser par sa taille et ses maisons anciennes à Compiègne ou Senlis.

DSCF6507.JPGDSCF6527.JPG

Calme des ruelles bordées de hauts murs derrière lesquels on devine des jardins. Magnifiques remparts bien restaurés. Bâtiments historiques ouverts au public avec l'obligation de se munir d'un audioguide pour la Grange aux dîmes qui - avec ses mannequins grimés - me rappelle la Conciergerie ! 

Vu que la ville est petite et que j'ai raté la visite des souterrains, je vais au moins voir le Musée. Né de la volonté d'un érudit qui a fondé la société d'histoire et d'archéologie de la ville, il a été installé dans une magnifique maison romane, devenue par la suite hôtel particulier puis école et sauvée ainsi de la ruine dans les années Soixante. On y trouve un peu de tout, des vestiges archéologiques, une collection de serrures, quelques tableaux, dont certains, achetés récemment sont tout à fait étonnants :

 DSCF6541.jpg

Il est de plus en plus rare de tomber sur ce genre de musée, désuet, dont le parcours échappe à toute norme muséographique actuelle, qui n'est pas adapté aux publics à mobilité réduite ou non voyant, et dans lequel le marketing n'a aucune place ! Je les aime particulièrement.

J'ai été impressionnée par la chasuble de St Edme (au fait Edmond Rich, archevêque de Cantorbury, mort à Soisy en 1240) un vêtement en soie damassée du XIIIe siècle dans un merveilleux état de conservation. 

chasuble-de-saint-edme-provins.jpg

(Pour en savoir plus sur St Edme: http://nominis.cef.fr/contenus/saint/150/Saint-Edmond.html)

Il y avait aussi cette magnifique tête de femme provenant d'un retable :

musee_04.jpg

Une salle au rez-de-chaussée présentait les personnalités de Provins, et je découvre ainsi Jeanne Chauvin, une des premières femmes docteurs en droit, née en 1862 et morte en 1926. 

Le destin de cette femme est tout à fait unique.

J'admire sa mère qui après le décès de son mari a tout fait pour que ses deux enfants fassent des études. Or il est rare à cette époque qu'une jeune fille fasse des études supérieures. C'est ce détail qui m'a frappé.

Fille d'un notaire de Provins, Jeanne se retrouvera orpheline à 16 ans. Elle entreprend des études de droit ce qui est d'autant plus paradoxal, que la femme à l'époque n'a pas de droits. Quelques sites spécialisés évoquent le parcours de cette avocate hors norme qui a surtout enseigné dans des écoles de jeunes filles et a été une féministe ante litteram.

Moi j'aurai aimé en savoir un peu plus sur la vie personnelle de cette femme. Notamment un éclairage sur la relation que je devine étroite avec son frère. Emile Chauvin est né huit ans après sa sœur, en 1870. Il devient avocat en 1893. Il sera à ses côtés au moment de sa soutenance de thèse en 1892 (elle a 30 ans), soutenance qui a été interrompue par une meute d'étudiants qui ont fait irruption dans la salle et chanté la Marseillaise ! Ça ne l'a pas empêchée de reprendre à une autre date et d'être faite docteur en droit  avec une "Etude historique sur les professions accessibles aux femmes, l'influence du sémitisme sur l'évolution de la position économique de la femme dans la société". Quand Jeanne fera les démarches pour s'inscrire au barreau en 1897, il l'aidera activement. Elle obtiendra gain de cause au bout de trois ans de lutte et prêtera serment le 19 décembre 1900 ! Cependant elle plaidera peu préférant se consacrer à l'enseignement du droit dans les Lycées de jeunes filles pour les inciter à choisir des carrières juridiques.

Rien dans les quelques notices que j'ai pu lire me révèle des détails sur sa vie personnelle. A-t-elle pu se marier ? A-t-elle eu des enfants ? Son frère a-t-il fondé une famille ? A-t-elle été une tante formidable pour des neveux et nièces que l'on imagine poussés à être libres et sans préjugés ? Je ne peux qu'imaginer ce qu'a pu être sa vie de professeur certainement adorée de ses élèves. Elle meurt à 64 ans à Provins, et son frère la suivra quatre ans plus tard. Pas de nouvelles de leur maman qui j'espère n'aura pas survécu à ses enfants.

 Jeanne_Chauvin_1862-1926.png

18:49 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

12/03/2015

Repassage

Mon ancien fer crachant tout ce qu'il pouvait comme eau au vu des nombreuses années d'utilisation (et quelques chutes), je me laisse séduire par celui-ci, marque anglaise mais made in China, au détour d'un rayon du Monoprix à côté de chez moi. La couleur et le prix étaient attractifs. Par ailleurs j'ai aussi un mixer de la même marque qui tient bien le coup...

DSCF6448.JPG

En lisant le livret d'instruction, je constate que c'est un fer suffisamment simple pour être utilisé par un enfant de 8 ans, voire des handicapés (la périphrase anglaise pour dire ça politiquement correctement est persons with reduced sensory or mental capabilities) ! 

 

 

 

 

La preuve :

1 This appliance can be used by children aged from 8 years and above and persons with reduced physical, sensory or mental capabilities or lack of experience and knowledge if they have been supervised/instructed and understand the hazards involved. Children shall not play with the appliance. Cleaning and user maintenance shall not be done by children unless they are older than 8 and supervised. Use and store the appliance out of reach of children under 8 years.

La Grande Bretagne, terre de naissance de Dickens, j'imagine des générations d'Oliver Twist d'origine anglaise ou pakistanaise ou chinoise obligés de repasser des tonnes de chemises dans une buanderie obscure ... Mais qui oserait demander à un enfant de faire du repassage ! Le fait est qu'un fer à repasser est un outil dangereux et ce modèle ci s'éteint au bout de 30 secondes d'immobilité exprès pour éviter des drames. Voilà pourquoi un enfant de 8 ans pourrait s'en servir. Par extrapolation, n'importe qui peut faire son repassage... Même des débiles mentaux, voire des hommes.

Mais il s'avère que c'est une tâche très féminine et également réservée à des obsessionnelles comme je le suis, dans mon cas, repasser a toujours eu des vertus thérapeutiques. Je repasse les draps, en écoutant la radio (france culture ou france musique) ou en regardant un film. Aplanir les plis du tissus, lisse les préoccupations qui se trouvaient dans ma psyché.