UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2016

Sabir

Lu dans une note du comité de Direction :

"ARD indique que la DSIT est en phase de test pour le dispositif secours via le CIP pour les JO de RIO."

Les deux seuls acronymes que j'ai compris sont : JO (les Jeux Olympiques) et RIO qu'on aurait du écrire Rio. Après réflexion je me suis souvenue que DSIT c'est la direction de l'informatique, par contre les initiales ARD désignent un collègue que je n'identifie absolumement pas ...

Et il y en a toutes les semaines des réunions de ce style qui donnent lieu à ce genre de contenu. Je me juge extrêmement chanceuse de ne pas être secrétaire de direction (qui se tape le compte-rendu) ni un des membres de la direction qui est obligé d'y participer. Les compte-rendus sont farcis de ce genre de sigles, incompréhensibles pour le commun des mortels. C'est la novlangue des entreprises et du management. Je déteste, même si on a l'impression que ça fait gagner du temps.

Ca me fait penser à ce livre dénonçant les présentations power point qui tendent à une simplification extrême des contenus : "La pensée powerpoint, enquête sur ce logiciel qui rend stupide" par Franck Frommer.

L'auteur interviewé par Le Monde explique notamment que fort probablement une des raisons de l'accident de la navette Columbia est aussi due aux PowerPoint :

"En 2006, un expert en communication graphique, Edward Tufte, a écrit un livre (The Cognitive Style of PowerPoint, Graphics Press), qui démontrait comment les mécanismes graphiques et discursifs Ppt avaient fait passer les ingénieurs de la Nasa à côté d'informations essentielles qui auraient dû les alerter et éviter l'explosion de la navette Columbia. La commission d'enquête a d'ailleurs dénoncé l'utilisation de Ppt par la Nasa, son inadaptation au traitement de telles informations."


http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/12/16/pow...

Enfin, le CR d'un CODIR c'est moins grave. Et comme dans tout document interne, on peut y pêcher une information utile, même si tout ce qui est vraiment confidentiel en a été expurgé, ça vaut la peine de le lire.

30/04/2016

Hierarchie ...

Ca faisait longtemps que je n'avais pas parlé de mon travail.

A la conférence de rédaction, une fois que le rédacteur en chef a fait le tour de son journal il me demande si je n'ai pas quelque chose à rajouter. Pas grand chose ce samedi, mis à part l'écroulement d'un immeuble dans un quartier en développement de Nairobi. Il y a trois morts, mais le bilan risque de changer, en effet, entre l'heure de la conf et maintenant il est monté à 10. La comptabilité des victimes est importante, c'est ce nombre qui va déterminer l'importance d'un évènement ou pas, oui c'est macabre mais c'est comme ça. Mais parfois il suffit d'un seul mort célèbre pour que la "une" soit bouleversée. La preuve récemment avec David Bowie et Prince.

Rien de bien normal.

Et bien, cet immeuble de Nairobi, malgré les morts, ça n'intéresse personne. D'ailleurs moi, pour en parler, j'ai utilisé l'expression "drame de la misère ordinaire". Ce matin je n'avais pas d'éléments d'analyse. Je ne sais pas exactement ce qui a provoqué cet éboulement. Les images sont impressionnantes. C'est arrivé de nuit. Les secours ont eu bcp de mal à dégager les victimes et aujourd'hui vers midi on a commencé à évacuer les immeubles voisins. Voir les habitants faire passer armoires à glaces et canapés de style anglais par les escaliers extérieurs ainsi que femmes et enfants était assez émouvant. Est-ce un immeuble construit à bas coût ? L'éboulement est-il du à une mal façon ? Chose si fréquente dans mon pays, où des autouroutes toutes neuves, construites en Sicile à coup de subventions et de milliards (et de millions de pot de vin) s'effondrent aux premières pluies violentes de printemps. C'est probablement ce qui s'est passé à Nairobi. Pour l'instant, le mot qui m'est spontanément venu à l'esprit est "drame de la misère ordinaire" et il y a un jugement de valeur qui a irrité légèrement le directeur adjoint, qui se doit d'être cynique. Il a murmuré dans sa barbe une remarque du style bon ben on passe à autre chose.

Au même moment, le président Kenyatta avait réuni d'autres chefs d'état pour faire une action d'éclat contre le trafic d'ivoire. Des tonnes de défenses d'éléphant seront brûlées sur un bûcher symbolique à 15 heures heure locale (17 heures, heures de Paris). C'est impossible de brûler de l'ivoire, donc l'opération a été minutieusement organisée par un spécialiste. Il faudra que lorsque la flamme soit allumée, les 11 pyramides de défenses artistiquement empilées s'enflamment et noircissent dans le feu purificateur. Ca on sait faire. Des immeubles de qualité pour des familles modestes, un peu moins. Les deux évènements sont très différents. A mes yeux ils sont tout aussi importants. Dans la hierarchie des news internationales de ma chaîne, ils ne le sont pas.

Kenya.jpgKenya1.jpg

Photo AP.

 

De fortes pluies ont provoqué des inondations dans le pays et d'autres immeubles se sont écroulés. Comme me l'explique la BBC, les défauts de construction sont assez communs au Kenya. Une enquête l'année dernière a listé que la moitié des habitations de la capitale sont inhabitables. La demande énorme a fait que de nombreux promoteurs construisent sans respecter les règles afin d'économiser les coûts et d'augmenter leurs profits.

"Poor building standards are a fact of life in Kenya, correspondents say. A survey carried out last year found that more than half the buildings in the capital were unfit for habitation.

The high demand for housing in Nairobi has led to some property developers bypassing building regulations to reduce costs and increase profits.

President Uhuru Kenyatta last year ordered an audit of all the buildings in the country after a spate of collapses."

Finalement, mon intuition de fille née de l'autre côté des Alpes, dans ce qu'on appelle encore le Mezzogiorno, ne m'avait pas trompée. Tutto il monde è paese, comme dirait ma mère, que l'on pourrait traduire, il se passe la même chose partout dans le monde.

 

 

 

 

08/04/2014

Du mauvais goût vestimentaire

Hier, visite officielle de nos deux nouveaux ministres de l'économie et des finances en Allemagne.

Michel Sapin devait rencontrer le ministre des finances allemand Wolfgang Schäuble qui est paraplégique. Ce qui est formidable dans ce genre de réunion, c'est la force démonstrative d'une telle image, un ministre en fauteuil roulant, et pas n'importe le quel des ministres, le ministre des finances. J'en vois des photos de famille comme on dit dans notre jargon, après des réunions à Bruxelles, et parmis tous ces ministres et présidents, on ne sait jamais où caser M. Schäuble.

Idem pour un point presse, l'accueil se fait l'un debout l'autre roulant, ensuite il faut placer une chaise à côté du fauteuil et continuer la conversation assis. Gêne cachée par de grands gestes et éclats de rires par Michel Sapin, gêne qui doit aussi être due à la difficulté des réunions qui vont suivre vu la situation économique de la France et le rôle pivot de l'Allemagne en Europe. Mais je reconnais la crispation du valide face au handicappé ! Cette réflexion est bien mieux développée par un médecin psychiatre suisse, Nicolas de Tonnac, qui publie en mai un livre chez Albin Michel "Chacun porte en soi une force insoupçonnée".

Mais revenons à nos moutons, Michel Sapin.

Le voici assis à côté de M. Schäuble et la première chose que j'ai remarquée ce sont ses mocassins marron avec des chaussettes roses...Sapin chaussettes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, M. Balladur nous avait habitué à ses chaussettes rouges (qu'il achetait dans une célèbre boutique romaine qui fournissait les évêques et les cardinaux) et poussait le vice à porter des mocassins à glands... Mais ce n'est pas une référence.

Bref. Pitié, virez moi ces chaussettes !

Regardez plutôt les chaussures de M. Schäuble, des chaussures noires, sobres, à lacets. C'est ça qu'il faut mettre, avec des chaussettes en fil d'écosse noires ou au pire de la même couleur que son costume. Zero sur toute la ligne M. Sapin.

Je remercie ce site d'info espagnol où j'ai trouvé cette photo manifestement désaventageuse pour M. Sapin car sur tous les autres sites français, qui souffrent de la même allergie aux fauteuils roulants, on avait plutôt des plans américains :

sapin & schauble.jpg

 

Le Figaro avait publié un article intéressant justement sur comment M. Schäuble vit son handicap et le problème d'image que cela pose. Pour l'illustrer, cette image splendide réalisée par le photographe de l'AFP Fred Dufour en octobre 2011 lors du sommet du G20 à Bruxelles.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/19/01003-20121019ARTFIG00487-wolfgang-schuble-confidences-en-fauteuil-roulant.php

 

Schâuble groupe.jpg