UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2016

Sabir

Lu dans une note du comité de Direction :

"ARD indique que la DSIT est en phase de test pour le dispositif secours via le CIP pour les JO de RIO."

Les deux seuls acronymes que j'ai compris sont : JO (les Jeux Olympiques) et RIO qu'on aurait du écrire Rio. Après réflexion je me suis souvenue que DSIT c'est la direction de l'informatique, par contre les initiales ARD désignent un collègue que je n'identifie absolumement pas ...

Et il y en a toutes les semaines des réunions de ce style qui donnent lieu à ce genre de contenu. Je me juge extrêmement chanceuse de ne pas être secrétaire de direction (qui se tape le compte-rendu) ni un des membres de la direction qui est obligé d'y participer. Les compte-rendus sont farcis de ce genre de sigles, incompréhensibles pour le commun des mortels. C'est la novlangue des entreprises et du management. Je déteste, même si on a l'impression que ça fait gagner du temps.

Ca me fait penser à ce livre dénonçant les présentations power point qui tend à une simplification extrême des contenus : "La pensée powerpoint, enquête sur ce logiciel qui rend stupide" par Franck Frommer.

L'auteur interviewé par le monde le Monde explique notamment que fort probablement une des raisons de l'accident de la navette Columbia est aussi due aux PowerPoint :

"En 2006, un expert en communication graphique, Edward Tufte, a écrit un livre (The Cognitive Style of PowerPoint, Graphics Press), qui démontrait comment les mécanismes graphiques et discursifs Ppt avaient fait passer les ingénieurs de la Nasa à côté d'informations essentielles qui auraient dû les alerter et éviter l'explosion de la navette Columbia. La commission d'enquête a d'ailleurs dénoncé l'utilisation de Ppt par la Nasa, son inadaptation au traitement de telles informations."


http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/12/16/pow...

Enfin, le CR d'un CODIR c'est moins grave. Et comme dans tout document interne, on peut y pêcher une information utile, même si tout ce qui est vraiment confidentiel en a été expurgé, ça vaut la peine de le lire.

Écrire un commentaire