UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2012

La méchante reine suite et fin

Nous avons finalement eu notre dernière réunion pour restituer les résultats de l'expertise. Depuis mars il était temps !

Les expertes viennent, malheureusement pour nous l'Inspectrice du travail et le médecin ne peuvent être là. Tant pis. Tout est fixé pour 15 heures lundi.

A 13 heures alors que j'essaye vaguement de me préparer un déjeuner, ma DRH m'appelle pour m'annoncer, un peu gênée, que la Directrice générale et son prince consort ne seront pas là. Une sombre histoire de rendez-vous. Je ne suis pas très contente de l'apprendre 2 heures avant la réunion et j'ai presque envie de la reporter, mais ma DRH en a déjà parlé avec une de mes camarades, celle qui exerçait le mandat de secrétaire juste avant moi, qui a dit qu'elle était d'accord pour que la réunion ait lieu quand même. Donc ma marge de manoeuvre est nulle. Décidemment nous sommes vraiment des naines...

Donc à 15 heures, nous nous retrouvons dans la salle du conseil au dernier étage, avec sa belle vue sur Paris. Les expertes font leur compte-rendu dans le calme et l'ordre. Une discussion s'en suit, constructive et intéressante. C'est fort dommage que ma Directrice s'en soit privée. Au bout de deux heures, les expertes s'en vont. Nous prevenons la Directrice générale qu'elle peut venir. Nous sommes tombées d'accord sur le fait de diffuser la synthèse que les expertes nous ont lue et commentée (8 pages) et que nous ne diffuserons pas le rapport. Je rappelle que ce rapport existe, qu'il n'est pas modifiable et qu'il est conservé dans les archives du CHSCT. Je le tiens à disposition du qui voudra le consulter. Mais qui lira 67 pages assis à côté de toi ma chère ? Effectivement...

notre Directrice arrive. Ronds de jambe, blablas, oui voici les propositions que nous comptons faire dit-elle en lisant un document. Bon, la réunion peut se passer de moi ? Oui oui ma Reine, vous pouvez y aller. Je demande au Prince consort pourquoi il n'a pas été possible de nous envoyer le document qu'elle nous a lu avant la réunion. On en parle depuis 15 jours au moins... C'est seulement un brouillon, et de toutes façons il vallait mieux attendre la restitution des résultats par les expertes, me répond-il en regardant la table... Ah ! Au moment où la Reine se lève je lui dis que je déplore d'avoir appris son absence deux heures seulement avant le r-v. et que je trouve fort dommage qu'elle n'ait pas assisté au compte-rendu des expertes. Elle fait à peine mine de s'offusquer et me lance "j'avais un r-v très important, à l'Elysée (petit rire), mais pas avec celui à qui vous pensez." Dieu merci, pas notre nouveau président tout de même !

La Reine nous prends vraiment pour des naines et pour des idiotes. J'apprendrais par la suite que mes camarades y ont vraiment cru.

Moi ça y est, je suis passé du côté du chasseur. Le rapport a été posté avec une gentille bafouille à la Directrice du cabinet de notre nouvelle ministre. Un ami l'a déjà fait parvenir à quelques personnes influentes qui se le passent de main en main, il est arrivé de cette façon à Matignon. Maintenant, il me reste à le transmettre au bas peuple, celui que la Reine ne juge pas assez responsable et intelligent pour le lire. Un ami d'un ami - hacker - m'a conçu une adresse e-mail anonyme intraçable. Ce n'est plus Blanche Neige, c'est Star Wars !

old_red_jalopy_star_wars_poster_wrestling.jpg

13/05/2012

La naine suite ...

Après notre réunion où notre Directrice générale a pu nous faire son grand numéro d'offensée, son bras droit, le Prince consort, nous a envoyé un mail avec en pièce jointe le rapport villipendé dûment annoté sur quasiment chaque page. La plus part des fois le terme Direction générale est biffé. Parfois quand il est mentionné sans l'adjectif "générale" une note demande des éclaircissement sur qui exactement est désigné par ce terme. D'autres propos sont carrément définis comme "diffamatoires".

J'ai eu le tort de prendre assez mal ce mail et de répondre au Prince consort que je considérai ces remarques comme une remise en cause du contenu du rapport et que - travaillant cette fin de semaine - je lui en reparlerai lundi. J'ai évidemment envoyé ce document aux expertes qui auront le temps de préparer leurs arguments pour mardi. Le Prince consort a pris la peine de me répondre vendredi soir à 21h38 bien exactement... Il devrait dîner ou aller au cinéma à cette heure là, ça lui ferait du bien. Moi je n'ai lu sa réponse que samedi matin.

Fort abattue, je suis rentrée vendredi soir en prenant le bus. Une fois arrivée à St Germain des Prés une illumination me parvient : je ne suis pas responsable de tout ça. Un cadre légal défini ce genre de restitution. Si ma Direction, générale ou tout court, n'est pas d'accord avec les conclusions du rapport elle peut le dénoncer tout simplement. Mais dans ce cas, il faut qu'elle le fasse au près du Tribunal de Grande Instance. A elle de voir.

Aujourd'hui dimanche, j'essaye de comprendre ce qui se passe en Grèce où les déclarations prématurées de Tsipras (de la gauche radicale) ont jeté lé trouble dans la rédaction. Personne ne parlant grec, nous attendions avec impatience les traductions des déclarations des divers leaders de la gauche grecque. Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie) conclut que le gouvernement de coalition est dans l'impasse. Rien de bien tragique somme toute. Ca devrait m'aider à relativiser...

02/05/2012

Aujourd'hui j'ai eu l'impression que j'étais une naine

Rénion avec la DG, son bras droit et mes 3 camarades du CHSCT.

J'ai fortement eu l'impression que Blanche-neige était totalement d'actualité.

La DG nous a béni quand nous avons demandé à réaliser une enquête sur les risques psycho-sociaux. Incroyable, en juin dernier, elle cède à notre instance et étend même le périmetre de l'expertise à toute l'entreprise.

L'enquête démarre en septembre. 87 personnes sont entendues au cours d'entretiens individuels, anonymes, en toute confidentialité pendant plus d'une heure. Des observations sur le site pendant les heures de travail ont été faites.

Ce travail prend fin à Noël. Le 29 février un rapport est envoyé à la direction et à nous, les filles du CHSCT. Evidemment il n'est pas flatteur. On ne fait pas une expertise quand tout va bien et pour avoir une bonne note à la fin. Pour faire vite, notre direction s'en prend plein la gueule.

Moi je souhaite que tout cela soit débattu dans le cadre d'une réunion de CHSCT extraordinaire. Les expertes nous expliquent comment cela doit se passer, en présence de la médecine et de l'inspection du travail.

Notre DG ne le souhaite absolument pas. Grand numéro de culpabilisation de l'instance qui a commandé un rapport "diffamatoire" et dévastateur pour elle, "qui met en danger l'entreprise". Non seulement elle est obligée de se défendre d'attaques extérieures (le monde enier est hostile à mon entreprise !) mais elle doit aussi se méfier en interne ! Bref. J'avais envie de lui dire qu'elle avait eu le pouvoir de ne pas faire cette expertise et qu'à l'époque elle avait été la première à la souhaiter et à s'exclamer la main sur le coeur "je veux être la première a être expertisée !"

Elle était venue à la réunion avec son bras droit qui opinait à chacune de ses sorties, alors qu'il est le premier à se rendre compte des dysfonctionnements de la boîte !

La méchante reine, son courtisan et les 4 naines...

Grand sentiment d'impuissance ce soir.

Au même temps, sans cette grande manipulation de sa part, jamais je me serais rendue compte de l'immense pouvoir que je détenais. Ce petit rapport de 67 pages, est tout simplement pris par elle pour une arme de destruction massive qui risque de briser sa carrière. Franchement, à l'aune de ce que je lis dans la presse, elle ne devrait pas s'en faire autant. Des conneries bien plus grosses que les siennes sont faites dans des entreprises plus importantes sans que cela ait la moindre conséquence sur leurs dirigeants. Donc, elle devrait se calmer. Quant à moi et mes camarades, des naines qui vivent dans des grottes, nous n'avons pas les lignes directes du futur ministre à qui nous pourrons confier cette grenade dégoupillée...

Mais qui sait ce qui peut arriver après ce dimanche ...