UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2011

L'exactitude est la politesse des rois

Cette expression m'a toujours fascinée ayant, toute mon enfance, été souvent en retard pas par impolitesse mais parce que j'étais une enfant rêveuse et distraite. Il m'arrive encore de ne pas être au r-v uniquement avec des proches (les pauvres, je fais amende honorable ici) car il m'arrive de ne pas me réveiller le matin. Du coup cette expression prenait tout son sens.

Est très présente aussi dans mon esprit cette anecdote rapportée par Saint Simon dans ses mémoires, un jour Louis XIV offensé par un courtisan a jeté sa canne par la fenêtre devant lui afin de ne pas le frapper. Je trouvais ça très impressionnant. Vu que j'imagine mal Louis XIV ouvrant lui même une fenêtre à Versailles, je pense que de demander à un laquais de lui ouvrir une fenêtre pour ensuite y jeter dehors sa canne tout ça en gardant son calme me parait assez peu probable. En même temps St Simon voulait je pense montrer par là que Louis XIV pouvait se mettre dans des colères froides mais jamais n'aurait frappé quelqu'un. Donc, politesse, rois... tout ça se mélange dans ma tête comme une macédoine russe.

Enfin, tout ça pour dire que hier, au moment de fermer la porte du bureau des assistantes que je remplaçais, j'aperçois dans le couloir un vieux monsieur qui marche sans but. La conf de rédac de 18h30 est à peine commencée et je demande aux journalistes assis autour de la grande table qui est ce monsieur manifestement perdu. Réponse du rédacteur en chef sur un ton ironique et distant : "ah, je suppose que c'est l'invité de Pierre. Il est monté pour le saluer."

"Mais Pierre est parti ! Quelqu'un s’occupe de lui ?"

"Mais ce n'est pas mon invité ! et en plus je n'ai plus le droit d'appeler de taxis" me répond-il d'un ton sarcastique.

Je soupire et me précipite vers le vénérable universitaire encore maquillé et je lui explique que Pierre est hélas absent, lui demande s'il souhaite se faire démaquiller et s'il a besoin d'un taxi.

Je suis finalement rejointe par le présentateur, Mohamed, qui prend tout en main. Il accompagne le monsieur - absolument adorable - en loge de maquillage pendant que moi je ré-ouvre le bureau et me saisi des codes magiques des taxis G7 pour appeler un taxi sur relevé.

Je suis quand même un peu choquée par la réaction du rédacteur en chef. "Mais ce n'est pas mon invité." Ca veut dire quoi ? Je comprend son ressentiment et sa réaction à la publication de la nouvelle procédure d'utilisation des taxis, procédure qui a été rédigée par la direction financière suite à des dérapages qui ont porté la facture des taxis dans ma société à 600 000 euros pour l'année 2010 ! un audit a été commandé qui a été commenté en réunion de Comité d'entreprise mais évidemment n'a pas pu être consulté par les salariés qui du coup se demandent pourquoi maintenant il n'y aurait plus de taxis pour les invités. Vous imaginez dire à un chercheur ou à un auteur : vous serez gentil de venir par vos propres moyens et de rentrer de même ?

Cependant ceci n'explique pas l'impolitesse du rédacteur en chef. Hélas, c'est son rôle de s’occuper de l'invité. De vérifier qu'il a pu se démaquiller et qu'il est reparti. Ça s’appelle avoir des égards, ce n'est pas la politesse des rois, mais la conduite normale à tenir.

Mohamed a été choqué comme moi. Il a eu des égards pour ce vieux monsieur sage et avisé qui nous a fait une superbe analyse de la situation en Syrie dans le journal de 18 heures.

Moi pour 2012, j’essayerai d'être exacte à mes r-v avec mes proches.

 

« L'exactitude est la politesse des Rois et le devoir de tous les gens de bien », citation du Roi Louis XVIII (1755-1824)

 

Cahier321501.jpg

 

 

Le Cahier n° 39 (2011) vient de paraître.

Thème principal : "Cérémonial, étiquette et politesse chez le duc de Saint-Simon"

24/12/2011

Noël...

Voilà, finalement comme l'année dernirère, je suis au bureau à Noël.

Je ne regrette rien, ça diminue d'autant le stress des cadeaux et des réunions avec ma famille qui, soit à le bon goût d'habiter de l'autre côté de la terre, soit travaille, soit gère sa belle-famille.

Du coup on ne sait plus trop qui a envie de voir qui.

Dans le fond, Noël c'est avant tout pour faire plaisir aux enfants. Je n'ai pas d'enfants et mon appart est trop petit pour y mettre un arbre du coup hier j'ai fait ça.

On se retrouve pour 2012.

2011-12-23 04.05.31.jpg

15/12/2011

Ou la la, l'activité en décembre est vraiment ralentie !

Crevée je suis.

Ai remplacé ma collègue qui fait les bookings pendant 15 jours. Moi et excell c'est une grande histoire d'amour.

Par ailleurs on m'a remplacé mon vieux Mac avec un neuf magnifique sur lequel la fonction bluetooth a été vérouillée. Plus moyen de décharger les photos prises dans la rue avec mon portable. Damned. Il faudra que j'apprenne une nouvelle technique !

Ensuite changements d'horaires: je commence mes matinales à 7 heures. Je suis donc complètement H.S. quand je rentre chez moi.

Autre activité très chronophage : l'organisation de l'enquête sur les risques psycho-sociaux dans l'entreprise (oui, ça existe, pourtant ma boîte ce n'est pas France Telecom, personne n'a envie de se jeter par la fenêtre, du moins pas pour le moment...) et les réunions de CHSCT.

Et pour finir, la formation de deux nouvelles collègues, une petite jeune adorable, très vive, cultivée et intelligente (si si, ça existe des personnes comme ça, tout droit sorties de la vraie vie) et une autre qui a exercé mon métier il y a 10 ans et que je dois briefer sur les nouveaux aspects du job : l'enfer, elle n'en a rien à battre de ce que je peux lui dire et elle est tout simplement nulle or elle fait semblant de savoir comment marchent les nouveaux outils. Le drame absolu.

Tout ça soupoudré de charmants bambins de 3ème en stage d'observation et ce soir en regardant le Petit Journal sur Canal je constate que tous les enfants des collèges d'Ile de France font leur stage d'observation en entreprise ces semaines-ci sauf que les stagiaires de Canal ont été envoyés à l'Assemblée Nationale et on leur a demandé d'interviewer des députés ! La séance était ma foi fort réjouissante. Voyez ici, ça commence après 2'20 environ.

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html

Canal - comme au moment des grèves étudiantes d'il y a un an - se moque des jeunes impitoyablement. Oui, ils ont 14 ans, ils ont des appareils dentaires, des boutons et certains n'ont pas l'air bien malin. Je me dit que la plus part sont au Petit Journal parce que leurs parents connaissent quelqu'un qui y bosse et donc finalement ils méritent que Yann Barthès se foute gentiment de leurs gueules, mais bon, est-ce que Canal pourrait être pour une fois un peu moins condescendant avec les moins de 20 ans ?

Moi mes stagiaires de 3ème ce n'etaient pas des boulets, ils étaient même plutôt gentils.

L'un d'entre eux m'a demandé si c'était bien Borloo qu'il venait de voir dans le hall en arrivant à 9h20 (incroyable, un jeune de 14 ans qui sait qui est Borloo !) et du coup je l'emmène voir l'enregistrement de l'interview. Très gentiment Borloo se laisse photographier et demande à l'enfant ce qu'il veut faire plus tard et bavarde avec lui jusqu'à l'entrée du studio.

Réaction du stagiaire heureux: "je vais mettre ça sur facebook tout de suite."