UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2016

Histoire de sauvetage

Les gardes côtes italiens qui tous les jours ramènent des centaines de migrants sains et saufs sur les ports de Sicile ont aussi le temps d'aller repêcher des chatons qui se noient.

C'est arrivé vendredi. Les gardes-côtes de Marsala alertés par des enfants, ont vu le tout petit chat qui se noyait dans le port, un a plongé et l'a ramené à bord. Il lui ont fait du bouche à bouche et un massage cardiaque.

Ce qui m'a touché, c'est entendre le garde côte  l'encourager "Sù, dai piccola" allez ma petite vas-y. On voit bien comment il masse le tout petit corps. "Forza" Il continue à l'encourager. il lui souffle dans la gueule "dai genia, dai sù" il continue à l'encourager "allez vas-y" , comme s'il s'agissait d'une personne.

Son collègue lui dit "è svuotata" elle est vidée  Mais il continue son travail. Son collègue lui fait remarquer que l'eau est en train de sortir de son nez de sa bouche (dal naso sta uscendo). Il l'a retourne et la caresse ensuite tout doucement. On entend comme un vague miaulement. Et l'exclamation "Respira ! Respira !" elle respire, elle respire ! "chiamate un veterinario, respira !"  Appele le vétérinaire !  "Dai che ci sei" dit le garde côte, avec un sourire dans la voix ça y est, tu y est arrivée. Et son collègue lui dit de la mettre à l'ombre "Mettiamola all'ombra".

Et voilà. Leur boulot c'est de sortir en mer et récupérer parfois des cadavres. Ils souffrent de cette misère humaine qu'ils côtoient tous les jours - je le sais car parfois des reporters danois passent la journée avec eux sur leurs bâteaux et je sais que c'est dur, on les voit étouffer des larmes. Et bien ces hommes ils ont le temps de sauver un chaton, pour faire plaisir à des enfants et ils sont tout contents que le chaton soit vivant. Moi de voir cette video lundi, ça m'a mis du baume au coeur.

Le chaton a été "adopté" par les gardes côtes de Marsala et appelé Charlie.


 

 

24/07/2016

Larry et Palmerston règlent poliment leurs comptes

Hier, pendant un déménagement de meubles devant le 10 Downing street, les regards ont été attirés par deux rivaux politiques à 4 pattes! Larry s'est confronté à Palmerston, le chat du Foreign Office. Ils se sont observés et tenus en respects sans sortir leurs griffes. Malgré le bruit du hayon du camion on entend parfaitement le feulement des deux chats.

Le Brexit fait des ravages mêmes dans la gent féline.


PS : est-ce que le nouveau PM, Theresa May - qui a préféré s'installer au 11 Downing Street car la cuisine y est plus grande et aménagée (elle aime cuisiner), gardera Larry ?

Pour mémoire, Palmerston est le chat noir et blanc, Larry est tapi derrière la grille...

 

 

10/06/2016

Dépôt de La Chapelle

Le fameux dépôt de la SNCF de la Porte de la Chapelle sera détruit en octobre pour faire place à des logements.

En attendant, il est ouvert au public et a été transformé en une sorte de lieu récréatif avec petits bars, transats, jardins potagers, poulailler (avec poules de luxe bien sûr) et evidemment les locomotives.

J'aime les trains.

J'y suis donc allée voir.

Nous sommes accuillis par cette magnifique fresque.

DSCF8710.JPG

 

Ensuite, on déambule en liberté dans ce bel espace en ciment où quelques zones sont évidemment protégées par des grillages.

DSCF8714.JPG

 

On y voit ça :

DSCF8711.JPG

 

DSCF8713.JPG

DSCF8717.JPG

DSCF8719.JPG

DSCF8722.JPG

DSCF8724.JPG

 

Derrière passent les eurostars...

Un poulailler a été aménagé à l'intérieur. Quand je vous disais qu'il ne s'agissait pas de poules ordinaires ...

DSCF8726.JPG

Ensuite de nombreux modèles réduits de motrices de trains du monde entier étaient exposés. Je comprends que des adultes - et pas seulement des cheminots - puissent vite devenir accros aux modèles réduits. Je ne tenterai pas ici une analyse socio-psychologique de la chose...

 

DSCF8728.JPG

Ci dessous un train russe :

DSCF8731.JPG

DSCF8733.JPG

DSCF8735.JPG

DSCF8736.JPG

DSCF8737.JPG

DSCF8738.JPG

Vous constatez qu'il n'y a pas grand monde dans ces mignons cafés aménagés tous avec des meubles de récup.

Les lieux, en ce début d'après-midi de dimanche gris, sont surtout investis par une foule de jeunes familles trentenaires, avec quelques couples allant vers les quarante ou cinquante ans, tous assez uniformes en ce qui concerne leur catégorie socio professionnelle. Bcp de jolies robes, de vestes style bleu de travail (mais ne venant pas d'Emmaus), de barbes soignées, de bonnets, de boucles d'oreille, de costumes, de tatouages, de poussettes ultra perfectionnées, de Nina et Paul. J'espère que le soir il est un peu plus fréquenté par les gens qui habitent le quartier car ce jour là je n'en ai vu aucun. Un fait qu'avait constaté l'animatrice du point de vente "La vie du Rail" (où on peut acheter moult revues de train, et plein d'autres choses) qui est originaire de Nice et trouvait dommage de n'y voir aucune famille d'origine africaine ou d'un des autres continents dont vient une grande partie de la population du 18ème. Peut-être vont-ils y venir plus tard ?

J'ai été touchée par les vestiges de la vie du travail que l'on a soigneusement mis en scène. Il reste quelques casiers (avec bcp de noms de famille à consonnance polonaise). Quelques insultes au marqueur. Le tableau - comme par hasard - vierge des accidents de travail.

DSCF8739.JPG

DSCF8740.JPG

DSC_0497.jpgDSC_0496.jpg

DSC_0502.jpg

 

Il ne restera bientôt plus rien de tout ça car à la place du dépôt, des immeubles seront construits. J'espère qu'ils seront moins moches que les immenses tours qui forment la ligne d'horizon de la Porte de la Chapelle, quartier qui peut paraître fascinant quand on s'y promène et qu'on habite soit même le quartier d'Aligre.