UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2012

Entre Mantes la jolie et Rosny sous bois

Je suis allée visiter l'emplacement d'un futur eco-quartier situé entre Mantes la jolie et Rosny sous bois.

J'ai donc pris le train à la gare St Lazare, un train qui allait jusqu'à Rouen et dont le premier arrêt était Mantes. Là un car m'a amenée, avec d'autres membres du même panel que moi, jusqu'au site où s'érigera le futur eco-quartier. J'ai vu le Val Fourré, le quartier de Mantes qui a tant fait parler de lui. Il s'agit de deux grandes tours. J'ai aussi vu la nouvelle piscine, magnifique, construite non loin de là, et le fameux hôpital, qui est immense.

Le site est beau, tout près de la Seine. De l'autre côté il y a le Vexin, très jolie région. On a du mal à le croire quand on se retrouve au dessus de l'autoroute A13, qui vous mène à Deauville en moins d'une heure, m'explique le chauffeur du car, tout en traversant ces abords de ville qui sont si laids avec leur restaurant Courtepaille, leur Léon de Bruxelles, leur hyper marché mastodontique Auchan. Le vieux Mantes est beau d'ailleurs, avec sa cathédrale dont on aperçoit les tours au loin.

Rosny sous bois est une petite ville de 6000 habitants. Elle possède sa station d'épuration qui est un peu laide. Il y a un joli bois et un château, le château que s'était fait construire Sully, en bord de Seine. Ce qui explique les fréquentes références au ministre d'Henry IV dans le coin, notamment le nom du collège. Racheté par un escroc japonais dans les années '90,  il fut victime d'un pillage en règle de ses meubles et boiseries pour finalement être vandalisé après son abandon. Il a été depuis restauré.

Bref. Je me suis retrouvée avec la maire de Rosny, le maire de Mantes et des habitants de Rosny et de Mantes et de la région à marcher dans une sorte de no man's land qui avait un certain charme.

Ensuite tout le monde (sauf les maires qui nous ont retrouvé à la fin) était réuni dans un salle communale appelée l'espace Corot pour travailler sur quatre zones de ce futur eco-quartier. C'était un travail très intéressant.

Je suis restée impressionnée par la méthode utilisée et la volonté de réunir un maximum de personnes intéressées par le projet dans un soucis réel de concertation. J'avoue que je me sentais un peu de trop, ou illégitime, car j'avais été quelque part "recrutée" par l'institut de sondage qui ne participait que dans une moindre mesure à cette consultation. Il y avait eu bien sûr des réunions publiques (dorénavant quand il y en aura dans ma mairie j'irais !) et des réunions dans les municipalités concernées. Un travail avait été fait au près des collégiens de Mantes et de Rosny. Un gros document avait été rédigé suite à ces consultations. Et moi depuis 3 mois je suivais les débats sur un site dédié à cela qui lancait plusieurs pistes de réflexion sur ce que devrait être un eco-quartier. Mais pour m'être déplacée je recevrai 150 euros de dédommagement.

Les deux maires écoutaient attentivement les compte-rendus de chacun, la maire de Rosny prenait des notes. Le cabinet qui a organisé le séminaire leur remettra un dossier avec tout ce qui a été dit par les participants. Mais en discutant avec des habitants, surtout ceux de Rosny, je sentais une certaine inquiétude et même un désabusement. Ils ne sont pas certains que l'on tiendra compte de tout ce qui sera dit, comme s'il s'agissait de voeux pieux. Eux sont préoccupés par la voirie actuelle, il n'y a pas de budget pour réparer les routes ou faire des trottoirs alors quand on leur parle de développer 1500 logements... et par conséquent d'avoir 6000 habitants en plus sur leur territoire ils ont des doutes.

Mais ce samedi j'ai eu l'impression que l'expression démocratie participative avait un sens.

 

DSC_0003.JPGDSC_0005.JPGDSC_0009.JPGDSC_0010.JPG

15:16 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

on voit bien de quelle façon tu as subit le syndrome de Stockholm de la concertation a laquelle tu as pris part,tu confond Rosny sur seine et Rosny sous bois.Tu confonds 1500 logements = 6000 habitants avec5 à 6000 logements=15 à 18000 habitants.Le no man's land est une zone protégée pour sa biodiversité et la station d’épuration incinère 6000T de boues par an.Alors ta démocratie participative rémunérée 150 € laisse moi rire !!

Écrit par : orchis 78 | 22/02/2012

Tu as raison ! Mille excuses pour les imprécisions entre "Seine" et "Bois". Toute la documentation m'a été reprise à la fin de cette journée mémorable où je me rappelle surtout avoir eu froid et discuté avec un monsieur qui fait de l'equithérapie.

Pour être tout à fait franc, oui j'y suis allé car on nous promettait 150 euros comme toute enquête de consommation, 150 euros que je n'ai toujours pas eu d'ailleurs et je ne suis pas du style à réclamer. Je pense qu'ils voulaient aussi des points de vue extérieurs c'est pour ça qu'ils ont fait appel à un panel de gens n'habitant pas la commune, mais moi paradoxalement, je ne me sentais pas légitime pour parler à la place des habitants qui allaient être concernés.

Le quartier était séparé en 4 zones, dons quand je parle de 6000 logements, il s'agissait de ceux prévus sur une de ces 4 zones.

J'ai assisté aux compte-rendus faits par les autres groupes de travail, et j'ai trouvé que celui auquel j'ai participé était le plus mou, où finalement un seul des habitants s'est vraiment exprimé et qu'il n'y a pas eu véritablement de mise en commun des opinions.
C'était la première fois que je participai à une chose de ce style d'où ma naïveté peut-être, mais je pense qu'il faut quand même saluer cet effort pour recueillir vraiment les avis des habitants. Après, on pourra se demander ce qui va en être fait de tout ça, je te l'accorde.
C.

Écrit par : Carabas | 22/02/2012

Merci d'avoir répondu,je suis en colère mais pas contre les internautes qui ont participé de bonne foi
J'habite à Rosny (sur seine)et cette concertation est une mascarade.
L'adversité est diluée par des apports extérieurs de personnes ,comme toi,qui ne sont pas directement concernées,au détriment des locaux qui voulaient participer et qui n'ont pas étés invités ou triés sur le volet.
Je dirais plutôt démagogie participative,car tout est déjà décidé.
Essaye de transposer ce projet dans ta ville et imagine le doublement de la population en périphérie immédiate.
A fortiori sur cette zone qui est classée pour l'environnement ou on projette de construire une ville nouvelle de 15 à 18000 habitants.
Pour nous cette concertation dite légale s'est déroulé du 10 oct 2011 au 15 février 2012,dans un flou virtuel.On à du attendre le séminaire du 28 janvier pour avoir enfin quelques documents tangibles,le reste du temps on l'a passé à répondre à des quiz sur le site.
A la réunion de clôture des riverains ont posé les VRAIS questions :
Quelle qualité de vie (santé) à proximité d'une station d'épuration qui incinère 6000 T de boues par an ? (odeurs,fumées,et autre dioxines)
Quelle pertinence d’installer une ferme pédagogique à 50m de l'incinérateur + des jardins partagés + maraichages +scolaires ?
As tu eu ce genre d'informations? NON,les inconvénients ont été minimisés,les avantages exagérés !
Quant au Monsieur affable qui fait de l'équithérapie ,il doit s'agir de Régis,qui ne pouvait qu’être favorable au projet ,car il se propose de gérer la dite ferme pédagogique!
Tu vois ça se passe prés de chez moi et c'est pour ça que (en connaissance de cause)j'ai un avis différent du tien
Merci Carabas

Écrit par : OPHRIS 78 | 22/02/2012

Merci de toutes ces précisions. Ca aurait été génial que ces discussions puissent être faites ce jour là en face des acteurs (les deux maires). Mais je rêve !
On peut juste espérer que la crise financière retarde tout ces beaux projets "concertés"... Je me suis posé intérieurement la question du mais avec quel argent ils vont faire tout ça ? Mais elle n'a pas été évoquée. Ce n'était manifestement pas le lieu.
Oui on nous a montré de loin la station d'épuration sans faire de commentaires! Mais une fois réunis autour des tables, j'ai bien vu qu'on était là pour recueillir du consensus! Je n'allais pas semer la zizanie en posant des questions gênantes. On nous pressait d'avancer dans le brain storming, l'animatrice était là pour ça. Maintenant que tu m'expliques comment la "consultation" a été faite, je suis consterné. Est-ce qu'un jour ce sera autrement ? Quand je vois comment ça se passe dans mon entreprise, où en tant qu'instance je suis "consulté" avec présentation de plans illisibles, finalement je me dis que cette même réalité peut très bien se transposer à tous les niveaux : local, départemental, national... Mais je continue à y croire quand même !

Écrit par : Carabas | 23/02/2012

Voila ,maintenant tu y vois plus clair sur la méthode de concertation.Tu as bien vu comment le temps manquait pour se concerter sur les propositions de travail;transports,équipements/commerces,habitat,environnement et cependant il nous a été imposé de consacrer du temps a trouver un slogan pour chaque quartier.Nous n'étions pas la pour faire le travail d'une agence de pub ,mais pour s'entendre pour agir ensemble.Hors à aucun moment on ne nous a demandé notre avis sur la pertinence d'un tel projet ,ni ne nous a parlé du cout et de la faisabilité économique.Cependant nos communes et la communauté d’agglomération ont participé pour moitié avec l'aménageur à des études qui ont couté 560 000€ (nb:les contribuables ont payé)
As-tu -pu prendre connaissance de ces études??
Voila,ce projet j'étais contre,j'ai voulu jouer le jeu de la concertation pour comprendre et participer,et les documents qu'on a porté a connaissance du public ne m'ont pas amenés a approuver ce projet donc je suis toujours contre et de plus en plus
Merci CARABAS

Écrit par : OPHRIS78 | 23/02/2012

Les commentaires sont fermés.