UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2015

Rieke, le bébé orang-outan du zoo de Berlin

Souvenez-vous, en janvier dernier, j'avais été émue par le premier bibéron donné au zoo de Berlin à un bébé orang-outan rejeté par sa mère.

J'avais à l'époque été très étonnée de recevoir les images en direct alors que des événements bien plus importants se déroulaient au même moment en Jordanie et en Ukraine.

Depuis je suis allée au Museum d'Histoire Naturelle voir l'exposition sur les Grands singes. J'ai tout appris sur nos cousins primates et notamment les orangs-outans. Contrairement aux gorilles et chimpanzés, les orangs-outans ne vivent pas en groupe mais seuls avec leur bébé. La mère accouche d'un jeune qu'elle élève pendant huit ans, elle n'aura un autre petit que lorsque le premier sera indépendant et autonome, quand on sait que la femelle d'orang-outan ne vit que trente ou quarante ans on se rend compte qu'elle aura très peu de petits. Considérant que son habitat naturel est peu à peu détruit, que l'espèce est de plus en plus menacée, je comprend mieux l'inquiétude du zoo de Berlin. 

http://grandssinges.grandegaleriedelevolution.fr/fr

Quand à Rieke, en dépoussiérant mes bases d'allemand j'ai compris - sur le site du zoo et la page qui lui est consacrée toute remplie de photos les unes les plus craquantes que les autres, qu'elle est partie pour Monkey's world en Angleterre où elle a déjà rencontré un autre bébé orang outan plus grand qu'elle qui l'a immédiatement adoptée :

Rieke.jpg

La voici, dans le Dorset, avec Bula Mata, un orang-outan de Sumatra de 5 mois. La fondation qui l'a accueillie est assez inouïe. C'est également un immense parc, où le public peut voir les primates qui y sont rassemblés. La fondation a été créée par Jim Cronin en 1987 qui avait été choqué par les chimpanzés utilisés comme animaux de foire sur les plages en Espagne. Il a décidé de les acheter et leur donner un refuge. Son but est d'arrêter le commerce d'animaux sauvages en particulier les singes. L'histoire de maltraitance de ces animaux est particulièrement dure, racontée certainement pour émouvoir le public et l'inciter à faire des dons à la fondation...

http://www.monkeyworld.org/news/430/abandoned-orangutan-rieke-arrived-in-dorset-and-already-has-a-playmate.htm

En lisant ces histoires, je me dis que la semaine dernière, Save the Children faisait remarquer que sur les 3000 mineurs qui débarquaient sur les côtes de Sicile, plus de la moitié disparaissait, on ne sait où, probablement aux mains d'une mafia. C'est sûr, ça émeut moins que les bébés orangs-outans...

 

14:43 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ta dernière remarque m'a rappelé un dessin de Plantu en une du MOnde du 17 avril: à propos du cimetière de Castres où des tombes ont été profanées et alors qu'un nouveau drame se déroulait en Méditerranée: le dessin montre la proue d'un bateau appelé "L'indifférence" sur lequel on voit un homme jeter une couronne de fleurs barrée d'un bandeau avec l'inscription "on s'en fout" dans une mers pleine de petits corps et d'épaves. Et cette phrase en haut du dessin: Encore un cimetière profané: la Méditerranée (400 morts).
Je trouve que ce dessin résume bien la situation et l'échelle de valeurs des deux événements...

Écrit par : marie-andrée | 30/04/2015

Les commentaires sont fermés.