UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2016

Ippudo - rue Grégoire de Tours

Akiko, qui est toujours pleine d'énergie (mais comment fait-elle ?), me demande après une épuisante et très profitable leçon de musique si je n'ai pas envie d'essayer le nouveau restaurant de nouilles japonaises qui a ouvert près de St Germain. Pourquoi pas. Ni une ni deux, nous partons direction rue Grégoire de Tours, elle y va en pédalant, moi en bus...

Une fois sur place, nous nous retrouvons à faire la queue car le restaurant est à la fois victime de la nouveauté et de son succès. Pour une fois, je me retrouve à piétiner dans la rue devant les regards incrédules des passants, alors que c'est moi qui d'habitude regarde d'un air de commisération ceux qui font la queue pour manger chez East Mamma, rue du Fbg St Antoine.

En effet, j'ai pour principe de faire la queue dans trois cas seulement : aux urgences à l'hôpital, à la poste ou pour acheter un billet de train.

Ainsi je ne comprends pas pourquoi faire la queue pour entrer dans une boîte de nuit, dans un magasin ou dans un restaurant. Même faire la queue pour entrer au musée me répugne, bien que parfois on ne puisse faire autrement. Comme quoi, il ne faut jamais dire, fontaine je ne boirai pas de ton eau. Beaucoup de japonais attendent, ainsi que des jeunes. Tous le nez dans leur portable, pianotant, parlant ou écoutant de la musique.

Akiko m'explique qu'il s'agit d'une chaîne de restaurant très connue au Japon et qu'on y mange les nouilles "comme à la maison" dans un bouillon de porc.

Au bout d'une demi heure d'attente nous pénétrons dans le saint des saints et on nous assied à une table en bois. Le décor est simple et moderne, tout à fait agréable.

Akiko commande des gyozas qui sont arrivés assez vite et qui étaient très bons. La carafe d'eau, design, est remplie d'eau de Paris filtrée et épurée par le restaurant lui même. Le garçon nous demande quelle cuisson pour les nouilles, et Akiko m'explique ce que je dois répondre. Moi al dente ça me va ! En attendant nos bols de nouilles, nous pouvons observer la cuisine ouverte où s'activent des jeunes hommes de toutes nationalités. Il s'exclament d'une voix sonore chaque fois qu'une commande est prête. C'est très couleur locale apparemment.

Les nouilles brûlantes et parfaitement élastiques arrivent dans un bouillon parfumé délicieux. Je me suis régalée ! Vais-je pourtant enfreindre mon principe de ne pas faire la queue pour entrer dans un restaurant ? Je ne crois pas ! Un principe est sacré, on peut le sacrifier uniquement pour le compte d'un ami, et encore, pas n'importe quel ami ...

www.ippudo.fr

 

 

Commentaires

comme je te comprends! moi aussi ça me sidère toujours de voir des gens faire la queue devant une pâtisserie (je ne cite pas de nom mais elle se situe pas loin de St Sulpice...),un restaurant ou Lancel le premier jour des soldes! Comme toi je déteste attendre pour aller voir une expo...mais comme toi j'ai aussi dérogé à mes principes et nous étions ensemble d'ailleurs,, pour diner dans un restaurant, cambodgien je crois, il est vrai en agréable compagnie.
Voilà on peut sacrifier à ses principes lorsqu'on est sollicité par une amie ou un neveu de passage à Paris...

Écrit par : marie-andrée | 04/04/2016

Aspetto sempre che la vostra promessa sia mantenuta!

Écrit par : livia lionnet | 07/04/2016

Les commentaires sont fermés.