UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2010

Les ânes et la photo

En cherchant comment illustrer dignement ma note sur l'âne macédonien, je suis allée sur le site des archives de Magnum. C'est ça le miracle d'internet. Tout le monde peut consulter les archives de Magnum en faisant une recherche par mots clé. Tout un pan d'histoire photographique, d'actualité vue à travers le regard de personnes fantastiques en libre accès en un clic. Moi, franchement, ça me fascine.

Donc, en cherchant des photos d'ânes macédoniens, je suis tombée sur ces deux images. Une d'Abbas (en noir et blanc) et l'autre de Dworzak (en couleur), toutes deux prises en 2003 pendant l'offensive américaine en Irak, après la chute de Saddam Hussein.

Tous les deux sont passé au même endroit, à quelques heures de distance. Il me parait évident qu'il s'agit du même pont, et du même âne. Tous les deux d'une façon différente ont été touchés par cette scène.

En regardant toutes les photos que les archives de Magnum me proposaient en tapant le mot clé "donkey", j'ai eu accès à des centaines de photos du monde entier. L'âne est un animal humble, sympatique, et universel. Il n'y a pas de région au monde où on n'en apercoive pas un, qu'il soit  grand et brun comme dans les photos de Scianna en Sicile ou plus petit et gris comme au Yemen, petit et brun dans les sublimes clichés au Maroc de Bruno Barbey ou ceux d'Hiroju Kubota en Chine. C'est la bête de somme par excellence quand l'homme n'a rien, et ce même aujourd'hui, à l'ère du pétrole.

Je crois donc qu'Abbas et Dworzak, pour si différents qu'ils soient, ont vu la même chose dans cet âne mort : la détresse que la guerre apporte. Le cliché d'Abbas est plus fort à cause de la présence de ces deux hommes entrant par la droite dans le cadre et poussant cette télé dans leur chariot. D'un côté l'âne, symbole du passé, et de l'autre le poste de télévision, symbole de la modernité.

Abbas.jpgDworzac.jpg

00:20 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2010

John Minihan

En cherchant une image d'Edna O'Brien pour illustrer ma note précédente, je tombe sur un très beau portrait d'elle réalisé par un photographe dont je n'avais jamais entendu parler, John Minihan.

En regardant ses photos je me rend compte que certaines sont ultra-célèbres ! J'en affiche quelques unes qui me paraissent emblématiques.

Il y a celle-ci d'Yves Saint Laurent, au faîte de sa gloire et de sa beauté entouré de ses deux égéries, Betty Catroux et Loulou de La Falaise.

YSLH-8be4939d-9c5b-4031-9838-1b97dbc26b47.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est très connu pour ses portraits de Beckett. D'ailleurs il faudrait être un imbécile pour rater une photo de Beckett, ce type a le visage le plus beau que je connaisse.

Cette photo est tout simplement magnifique. Elle est prise à Paris.

Samuel Beckett Paris Cafe.jpg

 

tumblr_l0tykhfKqU1qzn0deo1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir cette photo de Lady Di, que l'on a vue absolument partout, au moment où elle avait été choisie pour être la fiancée du Prince Charles.

Evidemment, à l'époque ça avait fait un scandale. Aucune jeune fille de bonne famille ne se serait laissée photographier avec une robe transparente ! C'était la première des gaffes involontaires de Diana, stigmatisée au fer rouge par la Couronne. On voit ses jambes car sa ravissante jupe en liberty, so british, est trop légère. Elle a 19 ans, elle est encore puéricultrice, et une chance d'être heureuse. Le contre-jour est splendide. Les cheveux des enfants bouffent et sont tout auréolés de blondeur. Une très belle photo.

 

Lady Diana Spencer, New England Kindergartem, London, 1980.jpg

 

www.johnminihan.com

20:19 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0)

31/07/2010

La Maison de Jean Cocteau

La maison de Jean Cocteau à Milly la forêt a été récemment transformée en musée. C'est un endroit de rêve. Ensuite on peut aller faire un saut à la chapelle St Blaise où la voix de Jean Marais, avec une grandiloquence désuète mais du coup assez touchante, explique les fresques de Cocteau. Une belle promenade.

 

DSC_0003.JPGDSC_0009.JPGDSC_0016.JPGDSC_0017.JPGDSC_0030.JPGDSC_0036.JPG