UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2009

Ca peut attendre lundi

Le charme de travailler dans le milieu audiovisuel c'est que nous rencontrons toutes sortes de catégories professionnelles. Il y a les intermittents et les permanents, les professions intellectuelles et les techniciens, ceux qui travaillent du lundi au jeudi et ceux qui travaillent du vendredi au dimanche et pour finir, ceux qui travaillent le jour et ceux qui travaillent la nuit. Aucun de ces mondes ne se rencontre.

Donc, cela a pour conséquence des comportements style bande de Gaza. Le service informatique (catégorie « permanent », du lundi au jeudi) bien sûr ne peut comprendre les demandes des intermittents ou pigistes qui sont quasi permanents (cela fait des années que nous travaillons ensemble) mais dans le fond, administrativement ne le sont pas. Nous ne sommes pas dans le même mode de fonctionnement. C'est presque comme si on ne parlait pas la même langue, celle du lundi au jeudi.

A la question, je ne peux pas consulter mes mails perso sur mon PC (ou mon Iphone). Pourrions-nous avoir du wifi ? Nous sommes jeudi.

La réponse : ça peut attendre lundi. Pas de point d'interrogation dans le ton de la voix, c'est évident que ça attendra lundi. De toutes façons, ils ne sont pas là le week-end. Nous ne sommes pas au MacDo. Nous sommes dans une chaîne internationale francophone.

Ce n'est pas grave. Nous ne sommes pas le SAMU, il n'y a pas mort d'homme. Mais ce qui est dommage c'est qu'il n'y a pas de compréhension mutuelle, une absence de dialogue quasi onusienne qui ma foi est un peu triste. Ce sont juste deux mondes qui ne se rencontrent pas. Quelle solution ?

Faudrait-il nommer un médiateur pour épauler le responsable technique et/ou informatique ? Quelle passerelle créer entre ces différents mondes ? Et si chacun y mettait un peu du sien ?

Le débat est ouvert, les suggestions bienvenues.

Les commentaires sont fermés.