UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2009

Le Café Richelieu - Musée du Louvre

Dimanche après-midi je décide d'aller au Louvre voir l'exposition sur les montres Breguet. L'exposition se trouve au 1er étage de l'aile Sully, salle de la Chapelle, et se termine le 7 septembre. C'est magnifique. Je ne comprends malheureusement rien à l'horlogerie, et donc maintes subtilités de ces choses m'échappent. Reste que ce sont de très beaux objets, parfois étonnement atemporels. L'exposition peut se voir en trois quart d'heure (pour les non spécialistes comme moi) et je me dis que, vu que j'y suis, je peux aller voir autre chose et continuer vers Richelieu. Je traverse les salons de l'ancien ministère des finances. Je constate qu'il n'y a pas grand monde et je décide de m'arrêter au café Richelieu, qui m'a l'air admirablement situé avec vue sur la pyramide.

Une pancarte vous indique d'attendre qu'on vous fasse signe pour entrer. Donc, je fais la queue. Il n'y a que cinq six personnes devant moi dont une sympatique petite famille de Bordeaux, grands-parents avec petit-enfant de 12 ans avec qui je bavarde. Il ne se passe rien pendant dix minutes. J'ai tout loisir d'observer ce qui se passe dans le café. Deux grands noirs font la plonge, un sert les consommations que viennent chercher les garçons et les filles de salle. J'en compte 4 et deux chefs de rang. Personne ne nous regarde. Pas de sourire, pas un bonjour. Par contre je profite à plein des vannes plus ou moins fines qu'ils se lancent entre collègues. L'impression générale : soit ils s'emmerdent ferme soit c'est le bagne travailler au café Richelieu...

Je vois des clients qui partent. Je me demande pourquoi on ne nous fait pas entrer. Finalement, au bout de 10 minutes on vient chercher la petite famille bordelaise. Enfin, j'atteinds le Gral, c'est moi la prochaine! Je continue d'observer le va et vient posé et lent des garçons et filles de salle et l'air d'ennui et d'indifférence totale qui enveloppe le tout. Ca commence à m'énerver. Je me retourne vers un couple (jeunes mariés indiens ou pakistanais ?) qui attendent comme moi depuis un bon quart d'heure et je leur dis que je n'ai jamais vu une chose pareille ! J'ai la nette impression d'être traitée comme une touriste, c.a.d. mal. Je trouve que ça donne une image déplorable de mon pays. Je ne sais pas ce qui me prend de leur dit ça, mais je le pense vraiment. Finalement, ça fait 18 minutes que j'attend, on vient me chercher. Pas un sourire, ni bonjour ni rien. Moi je suis très aimable par contre. On me mène à ma table (on ne choisit pas où on veut s'asseoir, j'ai du bol, je suis placée près de la rambarde) et j'ai le tort, à peine assise, de dire tout de suite ma commande au chef de rang qui la prend quand même tout en me disant que je dois attendre qu'on vienne prendre ma commande ! Ca y est je suis assise. Une table en pierre. Une vue imprenable sur la pyramide. On entend juste le son de l'eau des fontaines, c'est vraiment très agréable. Le mobilier, spartiate bien que design, chaises en fer de jardin, est vite inconfortable. Je savoure mon schweppes à 4,20 € et je décide de partir au bout de ma pause de 20 minutes. Là j'ai du attendre 10 minutes pour avoir ma monnaie. Je mets 10,20 € et on me rends 5 €. Je vérifie. Je rapelle la serveuse. Elle me remet une pièce en s'excusant.

Voilà. Quand consommer un soda ou un café ou n'importe quoi d'autre au café Richelieu ? Je me le demande. Je crois que malgré tout j'ai eu de la chance car je n'ai attendu qu'un gros quart d'heure et qu'ensuite la vue et le calme valent le déplacement. Mais l'attitude fatiguée et maussade de toute l'équipe de service ne donne vraiment aucune envie de rester.

 

http://mini-site.louvre.fr/breguet/FR/index.html

 

montre breguet.pngLe 30 décembre 1830, la montre Breguet n° 4952 est vendue au comte Charles de l’Espine. Elle est équipée d’un « bouton moleté » dans le pendant qui remplit deux fonctions : remise à l’heure des aiguilles et remontage de la montre. Le remontoir moderne était né. Breguet fils omet de faire breveter ce dispositif révolutionnaire, revendiqué dix ans plus tard par une grande marque genevoise qui s’en approprie l’invention.

20:56 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.