UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2013

Les nouvelles technologies et la femme de plus de 40 ans

Voilà. J'ai succombé aux sirènes de la consommation, ou aux appels du pied de mon opérateur, appelez-ça comme vous voulez, et j'ai changé de téléphone portable.

Je passe de ça : 

sony-ericsson-elm-mobile.jpg

à ça :

 xperia-go-yellow-medium-front.png













Donc d'un appareil avec des touches, à un smartphone connecté. Evidemment, tel un enfant avec son nouveau jouet, je n'attendai qu'une chose une fois rentrée chez moi c'était d'ouvrir le paquet et de mettre en service la chose.

1) l'ouverture.

Très problématique. L'appareil est plat. Il faut enfoncer un petit coin et ouvrir en même temps la coque "avec l'ongle du pouce". Le tout est en plastique, donc fragile. je me munis d'un petit tournevis pour presser le coin et soulever avec l'ongle du pouce le capot. Je manque de me casser l'ongle. Pourtant je sais ouvrir les huitres ! J'ai l'impression de me retrouver devant une extra plate n°1 de premier choix. D'ailleurs, je rippe et la chose glisse de mes mains et atterrit direct sur le parquet. Mais on m'avait vanté la solidité de l'appareil, c'est vrai, il n'a rien. L'ouverture et l'insertion de la carte SIM dans le bon sens : 12 minutes.

2) la synchronisation des contacts

Je constate que mes contacts, péniblements synchronisés avec ma messagerie outlook sont sauvegardés sur ma puce mémoire et non sur ma carte SIM, donc je n'ai pas les bons contacts dans le nouveau téléphone. Je comprend ce que je vais devoir faire au bout de 20 minutes de tatonnements.

3) l'écriture d'un message

Ah, testons l'écran tactile ! J'ai l'impression d'avoir 5 pouces ! C'est l'horreur. Evidemment par défaut, nous sommes en écriture intuitive, mais moi qui écrit aussi en italien, je ne veux pas l'écriture qui vous propose des mots, je veux écrire lettre par lettre. Heureusement, trouver le système lettre par lettre est relativement simple mais je constate que du coup je n'ai ni d'accents ni de caractères spéciaux. Comment faire sans accents ? Sans "ç" sans "où"? Ca ne va pas du tout ! La violence de la chose me terrasse. Je n'ai pas envie qu'une machine me suggère les mots, j'ai envie de les écrire moi, tout court. Je suis exaspérée.

Les allées venues dans le menu des langues, des caractères, le mode d'écriture et le paramétrage des SMS m'aura pris environ 15 minutes. Le temps d'écriture d'un message au moins 5.

4) les applications

Ca y est ! J'ai désormais ce qu'on appelle un smart phone qui normalement est connecté à internet. Sur ma page d'accueil j'ai donc de multiples petites icones plus ou moins commerciales dont je n'ai pas forcément l'usage. Ca m'agace. Je me dis que je dois pouvoir avoir la possibilité de configurer ce téléphone malin en fonction de l'utilisation que je veux en faire. Mais pas moyen de me débarasser de pages jaunes, you tube etc. Pas moyen non plus de les organiser comme je les souhaite. A mon avis je n'ai pas compris quelque chose. A force de naviguer dans le menu, je tombe sur un menu qui me permet de gérer mes applications. Je clique et demande la désactivation du service. Je n'ai pas l'impression que l'appareil le prenne en compte ! ca m'exaspère ! Je n'ai pas envie de l'icone facebook. Je n'ai pas envie de twitter. Je n'ai pas envie de clips videos. Je n'ai pas envie de regarder la télé. Avec tout ça le temps passe.

Je regarde ma montre, je constate qu'il est 21h15, que j'ai donc passé une heure trente avec la chose, que je dois me réveiller à 4 heures le lendemain et que - dans l'ordre - je n'ai pas encore dîné ni pris une douche ! Comment est-ce possible !

J'éteins tout, re-ouvre le téléphone, récupère la carte Sim, la remet dans l'ancien téléphone le tout dans un état de rage pas possible.

Je suis étonnée de mon manque de patience. Le lendemain je repense à ma mauvaise humeur et je me demande ce qui m'arrive. Où se trouve l'enfant qui était capable de passer des heures sur un casse-tête? Qui adorait défaire les noeuds ? Qui adolescente faisait faire ses devoirs à son petit frère récalcitrant (sans le frapper). Pourquoi cette envie subite du tout tout de suite?

J'aurai voulu comprendre du premier coup car, normalement, ces choses là sont "intuitives", mais dans la réalité pas du tout. Je ne devais pas croire possible de me passer de l'aide d'un livret d'instruction consultable sur internet sur le site de la marque. Le tatonnement est de mise. Je dois réapprendre à hésiter, me rappeler de quand j'avais 6 ans et que je pleurai de ne pas parvenir à faire des ronds. Me rappeler que j'ai finalement appris à écrire, en y mettant le temps.

22/03/2013

Air force one bleu piscine...

J'aime le Boeing de Barack. Il est trop joli, peint en deux tons de bleu turquoise. Il me fait penser à une piscine, aux uniformes des hôtesses de la Pan Am des années '60, à la Floride...

D'ailleurs, Barack Obama, Shimon Peres et Benyamin Netanyahou avaient des cravates bleu clair, parfaitement assorties. Ca décomplexe tout le bins de ce voyage officiel où Chrysler voyageur blindés noirs sont de rigueur. Maintenant Barack, un peu retardé par un vent de sable, est attendu en Jordanie. Il reviendra ce soir dîner à Jerusalem. Deux occasions de revoir ce gros Boeing.

Ci contre, l'admirable uniforme de la Pan Am datant des années '60.

pan am.jpg

obama2.jpgair force1.jpgobamaisrael_0.jpg

19/03/2013

Tradition et modernité

Ce matin, première messe du pape nouvellement élu, François I. La messe a duré deux heures, place St Pierre. Il faisait très beau. Tous les VIPs arrivent en lunettes de soleil. La place St Pierre prend un petit côté Dolce Vita, limite vacances. Finalement un air de printemps flotte place St Pierre, après une semaine de pluie continue... C'est une occasion pour se voir dans un contexte différent. Tiens, voici Angela Merkel en pleine discussion avec le prince Felipe.

Maintenant, depuis une heure, j'assiste via le fil reuters live au défilé des chefs d'états du monde entier qui viennent saluer le pape.

La queue a été organisée en ordre protocolaire - je suppose - selon un cérémonial qui doit dater de mille ans. Finalement, c'est un peu ce qui devait se passer à la cour d'un roi avant que nous ne soyons dans les années 2000. Le Pape est vaillant. Il tient debout - moi j'aurai déjà une bonne envie de m'asseoir - et là un homme asiatique ne lui lâche pas la main alors qu'il lui dit ce qui semble être une longue harangue. Quelle patience. Il reçoit ainsi tout le monde. Depuis le roi des Belges, en passant par la chancelière Angela Merkel - qui lui présente son mari - et le président du parlement européen. Pendant ce temps, dans la queue on patiente comme on peut. On twitte, on envoie des sms, on se prend en photo avec son Ipad, on filme la scène avec son Iphone.

C'est ça la modernité.

Tout peut se suivre grâce à l'application PopApp (autenthique) et sur le compte twitter du pape...

http://www.news.va/thepopeapp/index.html

 

PS : ce qui est extraordinaire, c'est que malgré une longue attente, les personnalités de toutes sortes et de toutes nationalités qui sont drivées vers le pape par un secrétaire en soutane et écharpe violette très stressé (car certains dépassent le temps imparti et la queue ne semble pas diminuer) sont ravies. Les sourires sont larges et on profite avec aplomb des quelques minutes qui vous sont accordées. Je vois défiler sous mes yeux les tenues les plus variées, voiles en dentelles, chapeaux plus ou moins ridicules (ambassadeur avec bicorne et plumes d'autruche calé sous le bras), tenues traditionnelles et surtout, des poignées de mains chaleureuses, ou des baise-mains respectueux avec ou sans génuflexion. Les heures d'attente sont oubliées !