UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2013

Les mystères de la vie culturelle et sociale parisienne

Il y a quelques temps, je réponds avec enthousiasme à l'invitation de mon amie Akiko pour aller entendre Anne Sofie von Otter dans un répertoire baroque italien à la Salle Gaveau. Akiko me prévient, les places sont moyennement chères, 40 euros.

Je la retrouve dans le hall encombré par des petites tables et des chaises du café-restaurant. Bonne surprise, à l'accueil on nous prévient de nous arrêter à l'orchestre, une ouvreuse nous installera : il reste des fauteuils libres. Au premier étage c'est ce qui nous arrive, nous sommes placées dans une des loges sur le côté, au niveau du 6ème rang d'orchestre. Visibilité parfaite. Nous sommes comme des enfants découvrant leurs cadeaux à Noël. Un coup d'oeil circulaire me montre que les premiers et deuxième balcons sont vides. A l'orchestre les places sont presque toutes occupées.

Nous assistons à un concert parfait, avec un ensemble baroque excellent, une soprane qui chante en duo avec le grande Sofie parfaitement et Mme von Otter est incroyable dans le Lamento de Caterina di Svezia de Provenzale, pièce que j'ai entendue chanter par le haut de contre Pino De Vittorio avec la Cappella dei Turchini de Naples (on peut entendre un exemple du style et du répertoire de Pino De Vittorio ici http://www.youtube.com/watch?v=9tzEILLBJeo). J'étais donc totalement subjuguée par Mme von Otter s'attaquant à ce répertoire qui me semblait être éloigné des années lumière de son style. Elle s'en est sortie sublimement bien en en donnant une interprétation pleine de finesse et d'intelligence (sur internet quelqu'un a une opinion diamétralement différente de la mienne, il s'est ennuyé...). Evidemment, nous aurons du Luigi Rossi et du Monteverdi. Pour finir des bis tous les un les plus étonnants que les autres, pour moi qui n'ai jamais entendu Anne Sofie von Otter en récital : Kate Bush et Barbara (j'étais à ce stade du concert en larmes). Akiko m'expliquera qu'elle a donné un récital où elle chantait ce genre de chansons avec Brad Meldhau, et qu'elle adore faire ça. Moi je me souviens de comment l'équipe d'enregistrement l'avait trouvée glaciale quand elle avait gravé pour Erato "Werther" de Massenet. J'en étais restée là.

Bref. Une générosité totale. Un silence palpable dans la salle après les dernières notes du Rossi. Beaucoup de complicité avec le public. Et une salle vide! J'ai compris pourquoi on nous avait royalement surclassées à l'orchestre.

Que s'était-il passé ? Moi naïvement je pensais qu'un récital d'Anne Sofie von Otter se ferait à guichet fermés. Et bien non. Heureusement le concert a été enregistré par Radio France et sera diffusé le 30 mai.

Ce lundi je vais cette fois-ci écouter le pianiste turc Fazil Say. Le site de Gaveau me propose des places de première catégorie à 25 euros. A ma surprise, je peux en acheter deux sans difficultés. Une fois arrivée je suis étonnée par le monde. Foule sur le trottoir, foule dans le hall, foule dans les escaliers ! Un public enthousiaste qui réserve à Fazil un accueil digne d'une rock star. Il va littéralement nous achever avec les tableaux d'une exposition de Moussorgski (splendides), le Steinway nécessitera d'un réglage pendant l'entracte, et ensuite avec la Toccata de Bach par Busoni et la Sonate 111 de Beethoven. Public debout. Smartphones dégaînés pour prendre des photos et quelques VIPs croisés à la sortie (genre Laure Adler).

Je suis très contente pour Fazil Say, qui a débuté en France en 1996 à l'Auditorium du Louvre et que à l'époque peux appréciaient, mais que quelqu'un m'explique pour Anne Sofie von Otter. Les deux artistes enregistrent pour la même maison de disque française, Naïve. Quels efforts publicitaires le label a-t-il déployés pour l'un ou pour l'autre ? Les Français n'aiment pas la mezzo suedoise ? Les places sont-elles trop chères ?

En tous les cas, à quelques jours d'intervalle j'ai eu des émotions fortes, par des musiques et des interprètes très différents. Ce qui me laisse dire que le spectacle vivant a, je l'espère, encore de l'avenir devant lui.

Ici, Barbara qui chante : http://www.youtube.com/watch?v=jkwaT2mLrtA

Ici Anne Sofie von Otter dans Sogno Barocco : http://www.youtube.com/watch?v=eWtYwbrOgKw

21:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Contente que tu aies passé 2 belles soirées musicales.
Le snobisme parisien garde ses mystères ou alors aussi comme tu le suggères la publicité n'a pas été la même. Quant au prix des places...c'est vrai que ça peut vraiment être un obstacle!
Je ne connais pas ce pianiste, tu me donnes envie de l'écouter.

Écrit par : marie-andrée | 31/05/2013

Les commentaires sont fermés.