UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2013

Windows 8 !

je suis venue à bout de l'installation de mon nouveau PC, en le reliant finalement avec l'écran de ma télé. Par contre, je suis toujours bloquée en ce qui concerne la connection avec l'ancien écran. Mais bon, cela va être résolu certainement par quelqu'un de plus astucieux que moi.

Par contre, Windows 8 c'est pas génial. Graphiquement c'est moche. Ensuite tout est fait pour vous faire enregistrer sous Microsoft, pas de liaison possible avec un compte google mail par exemple, pas de logiciel d'interface pour récupérer les mails sous sfr.fr... J'ai éliminé pas mal d'applications commerciales (genre E-Bay etc.) qui me rappelaient bcp l'écran de mon smartphone. Finalement, le souhait de Microsoft était de rendre l'ordinateur sembable à un smartphone. Vous imaginez le cauchemard pour moi ? Je suis devenue chèvre pour trouver le bouton qui donnait accès au panneau de configuration...

Et aujourd'hui, en page d'accueil de mon service de mail, je tombe sur un article du Point.fr "Microsoft va remettre un bouton "démarrer" dans Windows 8", à la demande des utilisateurs. Ahah ! Morte de rire !

Mon frère a doublement raison, la prochaine fois j'achète un Mac !

29/05/2013

Les mystères de la vie culturelle et sociale parisienne

Il y a quelques temps, je réponds avec enthousiasme à l'invitation de mon amie Akiko pour aller entendre Anne Sofie von Otter dans un répertoire baroque italien à la Salle Gaveau. Akiko me prévient, les places sont moyennement chères, 40 euros.

Je la retrouve dans le hall encombré par des petites tables et des chaises du café-restaurant. Bonne surprise, à l'accueil on nous prévient de nous arrêter à l'orchestre, une ouvreuse nous installera : il reste des fauteuils libres. Au premier étage c'est ce qui nous arrive, nous sommes placées dans une des loges sur le côté, au niveau du 6ème rang d'orchestre. Visibilité parfaite. Nous sommes comme des enfants découvrant leurs cadeaux à Noël. Un coup d'oeil circulaire me montre que les premiers et deuxième balcons sont vides. A l'orchestre les places sont presque toutes occupées.

Nous assistons à un concert parfait, avec un ensemble baroque excellent, une soprane qui chante en duo avec le grande Sofie parfaitement et Mme von Otter est incroyable dans le Lamento de Caterina di Svezia de Provenzale, pièce que j'ai entendue chanter par le haut de contre Pino De Vittorio avec la Cappella dei Turchini de Naples (on peut entendre un exemple du style et du répertoire de Pino De Vittorio ici http://www.youtube.com/watch?v=9tzEILLBJeo). J'étais donc totalement subjuguée par Mme von Otter s'attaquant à ce répertoire qui me semblait être éloigné des années lumière de son style. Elle s'en est sortie sublimement bien en en donnant une interprétation pleine de finesse et d'intelligence (sur internet quelqu'un a une opinion diamétralement différente de la mienne, il s'est ennuyé...). Evidemment, nous aurons du Luigi Rossi et du Monteverdi. Pour finir des bis tous les un les plus étonnants que les autres, pour moi qui n'ai jamais entendu Anne Sofie von Otter en récital : Kate Bush et Barbara (j'étais à ce stade du concert en larmes). Akiko m'expliquera qu'elle a donné un récital où elle chantait ce genre de chansons avec Brad Meldhau, et qu'elle adore faire ça. Moi je me souviens de comment l'équipe d'enregistrement l'avait trouvée glaciale quand elle avait gravé pour Erato "Werther" de Massenet. J'en étais restée là.

Bref. Une générosité totale. Un silence palpable dans la salle après les dernières notes du Rossi. Beaucoup de complicité avec le public. Et une salle vide! J'ai compris pourquoi on nous avait royalement surclassées à l'orchestre.

Que s'était-il passé ? Moi naïvement je pensais qu'un récital d'Anne Sofie von Otter se ferait à guichet fermés. Et bien non. Heureusement le concert a été enregistré par Radio France et sera diffusé le 30 mai.

Ce lundi je vais cette fois-ci écouter le pianiste turc Fazil Say. Le site de Gaveau me propose des places de première catégorie à 25 euros. A ma surprise, je peux en acheter deux sans difficultés. Une fois arrivée je suis étonnée par le monde. Foule sur le trottoir, foule dans le hall, foule dans les escaliers ! Un public enthousiaste qui réserve à Fazil un accueil digne d'une rock star. Il va littéralement nous achever avec les tableaux d'une exposition de Moussorgski (splendides), le Steinway nécessitera d'un réglage pendant l'entracte, et ensuite avec la Toccata de Bach par Busoni et la Sonate 111 de Beethoven. Public debout. Smartphones dégaînés pour prendre des photos et quelques VIPs croisés à la sortie (genre Laure Adler).

Je suis très contente pour Fazil Say, qui a débuté en France en 1996 à l'Auditorium du Louvre et que à l'époque peux appréciaient, mais que quelqu'un m'explique pour Anne Sofie von Otter. Les deux artistes enregistrent pour la même maison de disque française, Naïve. Quels efforts publicitaires le label a-t-il déployés pour l'un ou pour l'autre ? Les Français n'aiment pas la mezzo suedoise ? Les places sont-elles trop chères ?

En tous les cas, à quelques jours d'intervalle j'ai eu des émotions fortes, par des musiques et des interprètes très différents. Ce qui me laisse dire que le spectacle vivant a, je l'espère, encore de l'avenir devant lui.

Ici, Barbara qui chante : http://www.youtube.com/watch?v=jkwaT2mLrtA

Ici Anne Sofie von Otter dans Sogno Barocco : http://www.youtube.com/watch?v=eWtYwbrOgKw

21:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

Fatigue

Je m'étais déjà adaptée - plus ou moins - au smartphone... L'écran tactile continue à inventer les mots et à envoyer des messages que la langue française réfuterait, mais bon, je m'habitue.

Maintenant, j'ai essayé d'installer ma nouvelle unité centrale. Après réflexion, et comparaison des prix, je décide de rester en mode PC. Somme toute, j'ai une imprimante qui marche et un écran magnifique. Je n'ai pas grand chose à acheter...

Je me décide 4 mois après l'achat, à finalement déballer l'objet, un ACER "Aspire"... Je débranche l'ancien PC que j'ai péniblement vidé en transférant son contenu sur un "cloud" (ça m'a pris des semaines). Au moment d'allumer le nouvel ordinateur, mon écran reste noir.

Coup de fil à mon frère expert en informatique, qui m'avait installé ma première unité centrale et qui malgré la distance (il habite Sydney) est parfait comme hotline. Tout d'abord il se moque justement de moi en me disant, mais pourquoi tu ne m'as pas laissé te l'installer quand je suis venu en février ? Et oui, pourquoi me disai-je maintenant. Description des symptômes, explication plausible : le PC ne reconnaît pas le driver de l'ancien écran. Il faudra juste le lui installer une fois après avoir mis en route la machine. "Tu peux essayer de brancher ton écran télé qui bénficie d'un câble HDMI" me conseille-t-il "ou alors un adaptateur pour le port VGA". Effectivement c'est ce que je tente.

Manque de bol, il y a deux ports HDMI sur le PC, un seul accepte la connectique de mon écran. Et le-dit écran reste noir... Je suis très, mais très fatiguée.

Mon autre frère, mobilisé par la détresse de sa soeur aînée, me dit que c'est certainement un problème relativement simple à résoudre et qu'il en parlera à son jeune collègue Alex, mage en PC et conclut : la prochaine fois achète un MAC, c'est moins galère. Je crois qu'il a raison. Un ami cher vient de me prêter un petit IBook, et, mise à part la lenteur de la connexion internet (qui ne change pas trop de ce que j'avais avant...) c'est quand même d'une simplicité minérale.

Alors je me pose la question. Pourquoi un écran neuf (enfin, en parfait état, qui a été acheté en 2005) ne fonctionnerait-il pas quand on le branche sur un PC acheté en 2013 ?

Vais-je être contrainte à m'acheter un nouvel écran ? En quoi est-il obsolète ? Il est mieux que les HP dernier cri qu'on vient de nous installer au boulot (qui bien qu'ils soient en 16/9eme ont une luminosité et une densité de couleur à chier). 

Demain je demanderai à mes collègues du service informatique l'autorisation de venir me brancher sur un de leurs écrans dans un coin de leur open space. Encore une chose qui m'est difficile : demander un service. Mais pourquoi dois-je me prendre pour un boulet parce que je vais demander aux gars du service informatique s'ils peuvent me donner un coup de main ? Je suis sûre qu'ils le feront volontiers.

Bref. J'attends de voir ce qui se passera vendredi.

La saga continue.

En tous les cas, le coup du Cloud s'est révélé très utile. J'ai retrouvé un document en deux temps trois mouvements et j'ai pu le retravailler. Le jour où le cloud disparaît, j'espère avoir atteint le stade ultime du détachement bouddhique. Tout est un éternel recommencement.

04_10_07_hart_bc1.jpg