UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2013

So ouest… l’attrait du vide par le centre commercial en banlieue

Je n’arrive pas à justifier mon envie de me précipiter dans un tout nouveau centre commercial.

Quand je suis dans un pays étranger j’aime aller dans les supermarchés car j’y trouve des choses que je ne verrais pas chez moi et qui m’apprennent  beaucoup sur le quotidien des gens. Pas si loin de nous, il suffit d’arpenter le rayon poisson fumé et en boîte ou plus simplement café et chocolat d’un supermarché belge pour se rendre compte de la différence de nos modes de vie. J’ai pu y acheter une boîte de café Malongo à l’effigie du roi et de la reine des Belges, Paola et Albert. Les hyper de province recèlent des trésors ! Le rayon bière de l’Intermarché de Berck est absolument fabuleux, pour ne pas parler du rayon vin du Auchan de Chatillon sur Seine qui vous propose des bourgognes que vous ne trouverez pas en région parisienne.

Habitant en ville, je ne vais jamais dans des hyper marchés car je n’ai pas de voiture. Le centre commercial exerce donc, malgré moi, un attrait irrésistible. Alors, quand mon collègue qui habite Clichy me vante ses achats au Marks & Spencer de Levallois je craque, je me dis que ce n’est pas si loin que ça et, effectivement, depuis le 17ème arrondissement j’y suis en 5 arrêts de métro.

Une fois arrivée à Anatole France, la réalité est tout autre. Certes, j’ai beau être à 5 stations de métro de Wagram, je n’en suis pas moins à Levallois qui est une ville totalement déconcertante, construite sur un plan de decumanus romanus, c’est-à-dire avec des rues qui se coupent à angle droit, et avec moult flèches vous indiquant Paris, Clichy et Neuilly. J’en perds mon sens de l’orientation, sans compter que personne n’est en mesure de m’indiquer la direction du fameux Centre commercial. C'est le marchand de journaux, espèce qui d’habitude en a plus que marre de servir de bureaux de renseignements,  qui me répondra très civilement et d’une façon fort claire.

Tout droit me dit-il, ensuite à droite au feu rouge et ensuite avenue d’Alsace  à gauche.

Je longe la mairie qui est un somptueux château en faux Louis XIII ultra kitch, entouré d’un vaste jardin en empruntant la rue Voltaire. Je me rends compte que je suis dans le fief de Balkany. J’ai l’impression que cette rue Voltaire est sans fin et que je ne trouverai jamais le fameux feu rouge et la rue qui me mènera à la rue d’Alsace… Mais quand je commence à désespérer, la voilà ! Je suis au bout de Levallois. De grands ensembles HLM s’étalent en bordure de périph. Et au fond, je ne manque pas de voir l’énorme et rouge H&M qui me rassure quant à ma destination finale. Il m’aura fallu au moins 20 minutes pour l'atteindre...

Il ne me reste plus qu’à trouver Marks & Spencer. Evidemment, cette enseigne est située à l’autre bout du machin. Je traverse donc ce temple de la consommation au sol en marbre blanc brillant où tout est irréellement propre et neuf. Des salons avec de beaux fauteuils rythment l’allée centrale. Des personnes âgées s’y reposent. Je les soupçonne de s’y installer pour faire leur sudoku ou leurs mots fléchés pour l’après-midi. Je trouve le niveau sonore de l’habillage musical insupportable, mais eux, qui doivent être sourds (infirmité qui me guette), ça ne doit pas les gêner.

Au bout de 10 minutes de marche je parviens à mon but. Au départ, mon idée était d’acheter des pulls, mais ils n’ont pas ceux que je cherche, des chandails traditionnels en shetland, comme j’avais l’habitude d’en acheter il y a 20 ans. A la place, Ils proposent de beaux cachemires pour 65 euros, ce qui n’est pas mal, mais je n’en veux pas. Le rayon alimentaire par contre comble toutes mes espérances. Le choix de vins et de bières est réjouissant pour ne pas parler du reste. Je sacrifie donc quand même aux mânes de la consommation, je m’en voudrai d’être venue pour rien.

Je sors de ce magasin épuisée et je m’assieds sur une banquette en cuir située près d’un espace consacré aux enfants. Le sol est tapissé d’une grande dalle où sont projetées des images vidéo qui s’animent  au piétinement des enfants. Bonheur garanti pour les petits qui se sont déchaussés, et sautent et se roulent par terre en criant de joie. Une première animation propose un ciel bleu avec des ballons de baudruche en couleur et une autre un bassin avec des dauphins qui sautent hors de l’eau. Véritablement magique. 

En sortant rue Victor Hugo, une grande affiche me propose de gagner un voyage pour Dubaï afin de découvrir leur centre commercial ! Mais comment rentrer ? Il est hors de question que je me retape la traversée de Levallois à pieds pour reprendre le métro ! Sur le parvis, je constate l’existence d’une navette, un énorme bus à deux étages, qui est censée vous ramener place des Ternes gratuitement ! Mais elle ne démarre qu’à partir de 16 heures. Une dame très au fait m’explique qu’il y a les bus RATP juste à droite qui me ramènent tous à Paris. Mais oui, à 5 minutes à peine de là, le 94 et le 53 s’arrêtent ! Au milieu de vieilles dames emperlouzées et en Burberry, de jeunes blacks plus ou moins branchés et de mères de famille maghrébines en foulard je grimpe dans un 94 direction Opéra et en 10 minutes je suis arrivée place Malesherbes où je choisi de descendre pour reprendre la ligne 3 direction République.

Vais-je revenir à SO OUEST ? Je me tâte…

So Ouest 3.jpg

.

Commentaires

Dans la série "l'aventure au coin de la rue"...quoique là c'est nettement plus loin que le coin! Eh bien ça fait drôlement envie ta balade...Merci d'avoir testé pour nous cela évitera d'aller s'y perdre! Mais tu as rendu ta visite très vivante et drôle comme d'hab'

Écrit par : marie-andrée | 14/10/2013

Les commentaires sont fermés.