UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2015

Le Salon du Bourget - suite

Comme je le disais précédemment, au Bourget il est possible de voir des avions de toutes sortes, au sol et évoluant dans les airs.

Les industriels y exposent leurs modèles en espérant remplir leurs carnets de commande. C'est ainsi que j'ai vu décoller le nouveau A 350 d'Airbus, surnommé "hushliner" car il est très silencieux.

DSCF6782.JPG

L'énorme avion, peint en deux tons de gris et blanc s’élevait gracieusement dans les airs et effectuait des manœuvres délicates devant un parterre de passionnés captivés. Ensuite nous avons vu un énorme transporteur militaire propulsé par 4 hélices. Il démarre très fort, avec un décollage à presque 40°, et ensuite effectue des virages en épingle, et pour finir, après avoir atterri et inversé le sens de ses hélices, il effectue une marche arrière, ce qui sur des terrains de conflits peut s'avérer très utile, souligne le speaker ! Nous avons droit à deux commentaires, un en français et ensuite un en anglais. Comme dans un concours hippique, la foule applaudit très poliment à la fin de chaque exhibition, chose complètement absurde car les pilotes ne peuvent certainement pas entendre ces appréciations ! Au moment du décollage du Rafale je fais mine de ne pas vouloir m'y intéresser, j'en ai plus que marre d'en entendre parler ! Par ces temps troublés, nous avons réussi à en vendre un certain nombre. La récupération par le pouvoir politique de cette vente m'agaçait au plus haut point et par principe, je ne voulais donc pas regarder l'avion de chasse en vol. Mais le vrombissement assourdissant des réacteurs s'est avéré irrésistible. Malgré moi, tel St Augustin qui fermait les yeux au cirque et les a ouverts, je me suis arrêtée et j'ai regardé le petit triangle effectuer des tonneaux, monter en chandelle, bref, montrer quelle arme de guerre terriblement efficace il est... Je constate que les aviateurs américains qui se trouvaient juste derrière moi ont suivi en connaisseurs le vol, de larges sourires sur leur visage. Je vois sur leur treillis la devise de leur régiment qui est très étonnante car elle est en français "Toujours prêts", c'est la même que les guides et scouts du monde entier...

DSCF6761bis.jpg

Avant de repartir vers nos navettes RATP, nous passons devant un étonnant petit appareil qui semble être fabriqué avec des bouts d'autres avions, un cockpit d'hélicoptère, un seul réacteur qui semble venir d'un avion de ligne. Il ne ressemble à aucun autre avion connu, et comme je m'écrie d'étonnement un des ingénieurs nous fait la visite guidée très heureux de voir que je trouvais son avion "unique" et pas "very unique" ce qui ne veut strictement rien dire. Il m'a fait monter à l'intérieur et j'ai pu ainsi constater que la visibilité est excellente. Nous sommes repartis avec la carte de visite de cet appareil qui n'existe pour l'instant qu'en 22 exemplaires dans le monde.

DSCF6798bis.jpgDSCF6799bis.jpg

Le propriétaire du brevet habite au fin fond du sud de l'Angleterre, dans le Wiltshire. Son entreprise est domiciliée dans sa ferme (so British) où il élève des Angus noires. Il y a deux ans un incendie a dévasté complètement sa grange comme j'ai pu le découvrir sur le net. En 1985, un incendie avait déjà détruit 10 appareils dans son usine. Et un dramatique accident la même année d'un appareil qui avait été acheté par la police du Hampshire, tuant le pilote et le passager, a donné un coup fatal à son entreprise.

Son invention a été achetée par un autre fabriquant qui l'a développée avec succès jusqu'au moment où l'armée britannique n'ayant finalement pas acheté l'appareil, il a laissé tomber. En 2007, M. John Edgley peut finalement racheter son appareil et avec trois anciens collègues en reprend la fabrication. En 2008 le nouveau appareil est présenté avec succès. En attendant de le vendre, de quoi vit Monsieur Edgley je me demande !

C'est probablement lui qui se trouvait au Bourget où il espérait trouver avec son collègue Fin Colson - qui m'a fait grimper dans le cockpit - des financiers. Je me rend compte a posteriori de la chance inouïe que j'ai eu de poser mes fesses sur le fauteuil en cuir ultra confortable de cet appareil si étonnant !

Au Bourget on trouve de tout, d'un côté l'énorme stand d'Israël avec le célèbre Iron Dome financé par les Etats-Unis, et les Américains avec leurs Boeing aux couleurs d'Air China. Mais il y a aussi la place pour un M. Edgley avec son tout petit Optica. L'esprit des frères Voisins est toujours là !

opticabis.jpg

 

 

Commentaires

Il me plait bien celui-là!
Je pense que le rafale m'aurait impressionnée aussi...je sais que j'aime bp voir et entendre les avions qui passent en vrombissant le 14 juillet au-dessus du défilé!

Écrit par : marie-andrée | 23/06/2015

Les commentaires sont fermés.