UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2015

Etape 3 : première pluie après 13 semaines de sécheresse, visite de Bibracte

Dans la nuit de mardi à mercredi, il pleut, une première pluie après treize semaines de sécheresse. Elle s'arrêtera le lendemain en début d'après-midi. Nos hôtes qui avaient regardé la météo nous avaient prévenus et nous avaient conseillé de visiter le Mont Beuvray ce qui nous prendrait au moins la journée. Le matin, une pluie très fine bruine et un léger brouillard s'accroche aux cimes des sapins. Je peste, je n'ai qu'une polaire. La température a chuté d'au moins 15°.

En route donc pour Bibracte, la ville des Eduens.

La route est sinueuse et il nous semble que nous n'arriverons jamais au sommet du mont. Nous traverserons un village qui possède une petite épicérie qui vend du pain et de délicieuses petites terrines (à un prix normal) et une poste. La place immense rappele qu'il s'y tenait régulièrement un immense marché de bétail. Nous verrons également un très beau château XVIe siècle, mais il est pile dans le tournant et je ne peux demander à Marc de s'arrêter sous peine de nous faire percuter par une autre voiture. Une fois arrivés, nous nous garons dans l'immense parking ombragé par des arbres d'essences différentes (sorbiers, frênes, tilleuls, chênes, hêtres) abrité par des petits murs de pierre sèche. Du musée, on ne verra pas les voitures.

Le musée est splendide, d'un point de vue architectural et muséographique. Il explique ce qu'est un oppidum celte avec les quelques éléments retrouvés sur le site. Je crois même reconnaître la voix de Michael Lonsdale dans le diaporama en 3D extrêmement bien fait qui raconte la construction et la fin de la ville. Le temps nous a manqué pour faire la 2ème partie du musée. Je comprends vite pourquoi rien de ce qui y est exposé ne vient de Bibracte à part quelques rares vestiges : les Eduens ont quitté le mont Beuvray pour s'installer dans la vallée, dans la ville d'Autun. Il ne reste donc rien, à part les trous des fondations en bois des édifices et une villa gallo romaine luxueuse en dur, construite une vingtaine d'années avant que la ville ne se vide. Partout le texte de la Guerre des gaules de César est mis en regard des vestiges. C'est vraiment intéressant et je me souviens avec émotion des après-midi d'été passés à Préfailles avec Tante Jacotte qui me faisait traduire ces textes.

Nous tombons nez à nez sur une archéologue qui s'inquiète de me voir en difficulté avec mon audio guide. S'en suit une conversation brève et passionnante où elle nous explique que le musée et les fouilles tentent de combler un vide puisque sur le mont Beuvray il ne reste plus rien ! Mais paradoxalement c'est le témoignage le plus important d'une ville gauloise. Et puis François Mitterrand a voulu le musée, comme Napoléon III qui a créé le musée archéologique de St Germain. L'archéologie est toujours, ou presque, politique conclu-t-elle.

Comme nous l'avaient conseillé les Arcelus, nous avions réservé nos repas "gaulois" au restaurant Le Chaudron. Rien à voir avec Asterix, nous fûmes reçus dans un espace restauration élégamment conçu, au beau pavement de marbre vert, avec des tables en bois blond très design et basses. Le côté "gaulois" résidait dans les coussins carrés recouverts de tissus écossais qui marquaient nos places sur les bancs et dans la vaisselle : des écuelles et des gobelets très jolis en céramique noire. Les couverts : une cuillère en bois et un couteau en fer forgé. Dommage qu'ils n'aient pas été en vente dans la boutique du musée !

Le menu a été élaboré par les archéologues et est changé chaque année. Nous avons mangé une salade de lentilles et choux blanc cru, assaisonnée avec trois vinaigres différents, nous avions aussi des grattons de porc très croustillants. Ensuite deux blancs de poulets servis avec une sauce aux champignons et des épinards. Comme dessert une faisselle avec du miel et un gâteau roulé aux graines de pavot. Le tout était exquis et pour 18 euros. Ils proposaient aussi de la cervoise, une "bière de Bibracte" brassée quelque part dans l'Orne il me semble, ma foi très bonne.

Nos voisins de table étaient de sympathiques Belges, leur fille les avaient traînés là car elle travaille désormais comme archéologue à Calais et elle avait fait son stage à Bibracte. Le père, un géant d'1,97 était muséographe et la mère professeur d'histoire.

Nous avons fait la visite du site en prenant un petit car Veolia Transdev qui nous laissa en haut du mont où commença la visite par l'archéologue, charmante, à l'aspect très juvénile avec ses boucles blondes. Elle a la rude tâche de nous expliquer ce qui se trouvait là sous les arbres que l'on a coupés pour nous montrer les traces des bâtiments construits il y a 2000 ans. Malgré le fait qu'il n'y ait quasiment rien à voir, deux heures ont passé très vite. Ensuite nous sommes redescendus à pied à travers les arbres, hêtres et pins magnifiques.

Nous nous sommes jurés d'aller voir Alesia.

DSCF7010.JPG

DSCF7013.JPG

DSCF7014.JPG

DSCF7016.JPG

DSCF7015.JPG

DSCF7017.JPG

DSCF7019.JPG

DSCF7021.JPG

DSCF7022.JPG

Ici le chantier de fouilles de la villa gallo romaine, animé l'été par l'association REMPARTS qui encadre des jeunes. Une très belle mosaïque a été récemment exhumée et est visible au musée. Un peu plus loin je verrais des conteneurs qui abritent les WCs. Fouiller à Bibracte ne doit pas être de tout confort et il y fait particulièrement froid.

DSCF7024.JPG

Ici la maison des premiers archéologues sous Napoléon III qui ont fouillé le Mont Beuvray, il y abritaient leur outils et s'y reposaient. Elle a été restaurée à l'identique. Le toit de chaume est incroyable. 

DSCF7023.JPG

DSCF7025.JPG

DSCF7026.JPG

DSCF7028.JPG

DSCF7029.JPG

DSCF7033.JPG

DSCF7034.JPG

DSCF7035.JPG

 

 

 

Les commentaires sont fermés.