UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2016

Bienvenue à Palmerston, le chat du Foreign office

Mercredi dernier, la BBC m'a offert des images qui m'ont bien aidée à finir ma journée sur une note positive !

Les Anglais m’avaient déjà fort divertie une bonne partie de l’après-midi avec les questions au parlement, et la mise au pilori de leur Premier Ministre embarrassé par les révélations des Panama Papers.

David Cameron a un accent très chic. Il fait de l’humour aux dépends de Corbyn, le leader du Labour. L’assemblée à droite souligne chaque intervention de son leader par des « yeah » sonores tout à fait réjouissants. Dépaysement total. Vive le Royaume Uni !

Les Britanniques sont tout à fait originaux. Alors oui, ils peuvent produire des personnages terrifiants comme Mme Thatcher mais également avoir des idées pour améliorer le quotidien des gens comme celle d’introduire des animaux sur leur lieu de travail. C’est une problématique qui m’intéresse particulièrement ayant remarqué qu’il y a des personnes qui passent leur journée au travail avec leur animal de compagnie. J’ai même commencé à en dresser la liste.

Une association qui s’occupe de recueillir les chats et les chiens abandonnés a demandé au ministère des affaires étrangères britanniques s’il voulait bien d’un chat. C’est comme ça que Palmerston, est arrivé au Foreign office.

Une des responsables de l’association explique « que son rôle principal sera - hopefully - d’attraper des souris mais aussi d’être un compagnon pour les personnes qui travaillent dans les bureaux. Ils espèrent qu’il sera amical mais qu’il soit aussi un chat qui travaille et gagne son salaire. » 

Le plus rigolo : l’arrivée du chat dans les bureaux, le photographe convoqué attendant dans la « pus waiting area ». Ensuite la caméra suit Palmerston déambulant sur le bureau de Simon McDonald, n°2 du ministère, contournant la table de réunion. Il est attrapé par une secrétaire pour se faire photographier à côté du sous-secrétaire McDonald. On entend les crépitements des déclencheurs des appareils photos. Palmerston reste calme face à toute cette attention médiatique et je pense qu’il trouvera vite ses marques.

La presse britannique explique que ce seront les employés qui payeront de leurs deniers l’entretien de Palmerston, qui ne coûtera donc pas un penny au contribuable anglais.

Je pense que Lord Palmerston, qui fut Premier ministre (whig et libéral) et ministre des affaires étrangères de 1859 à 1865 ne trouvera rien à redire que l’on donne son nom à un sympathique matou noir et blanc aux yeux verts.

Il pourra faire connaissance avec Larry, le locataire du 10 Downing Street, qui a été adopté par le Premier ministre en 2011. Il provient du même refuge, le Battersea Dogs and Cats home. En espérant qu’il ne le prenne pas en grippe comme il l'a fait avec Freya, la chatte Tabby du ministre du Trésor. George Osborne a du se résoudre à la mettre à la campagne …

Ici Larry.

Larry, le chat du 10 Downing street.jpg

Larry 1.jpg

 

Ici Freya (qui fait un peu peur), mais qui maintenant est exilée dans le Kent. 

freya01_3000949b.jpg

 

Et ici Palmerston :

Palmerston.jpg

Nul doute qu'il deviendra rapidement aussi célèbre que son congénère a deux rues de là. Il a déjà un compte twitter... 

https://twitter.com/DiploMog

Tout ceci indique le grande place qu'occupent les animaux domestiques dans la vie des Britanniques. Les histoires entre Larry et Freya, qui se battent comme du poisson pourri intéressent tout le monde, alors que personne ici en France ne se demande ce que devient la chienne labrador de l'Elysée, dénommée Philae en honneur d'une sonde spatiale. La seule fois qu'on parle d'elle - dans Match - c'est pour dire qu'on a du l'expulser manu militari d'une salle de réunion, or je ne pense pas qu'elle aurait gêné qui que ce soit !

Je trouve amusant de penser que les différents membres du gouvernement britannique recueillent des chats alors qu'à Buckingham il n'y a que des chiens !

Ici le lien vers le sujet fait par la BBC, qui coupe la partie avec le secrétaire du foreign office, mais ça vous donne un aperçu du traitement du sujet.

http://www.bbc.com/news/uk-36037456

Pour encore plus apprécier cet humour british mêlé aux histoires d'animaux, je ne saurais trop vous conseiller la lecture des souvenirs de James Herriot (c'est son pseudonyme) qui raconte sa vie de vétérinaire dans le Yorkshire des années '30 et '40. Un pur régal ! 

 

2989ca842b72b900e511d6062030bac4.jpg961853_5136188.jpg

Commentaires

c'est une belle idée. c'est vrai que Freya n'a pas l'air commode...je suis sûre que ce nouveau chat va détendre l'atmosphère aux affaires étrangères! peuêtre qu'on devrait suivre cet exemple pour certains de nos ministères...au travail en ce moment, caresser un chat ferait peut-être du bien au ministre!

Écrit par : marie-andrée | 20/04/2016

Les commentaires sont fermés.