UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2014

Une histoire australienne, et de chat...

L'hsitoire qui tourne sur les sites anglo-saxons... En France je ne pense pas que ça arriverait...

En bref. La famille Perceval a mis en vente sa belle maison victorienne dans la banlieue de Melbourne. Des dizaines d'acheteurs ont visité la maison et personne n'a fait d'offre. Tous se sont complimentés sur la beauté de leur chat, Tiffany, un ragdoll cat aux longs poils soyeux âgée de 4 ans. L'agent immobilier, pour faire une boutade, leur propose de mettre le chat en option pour réussir leur vente, et effectivement, une famille prend l'offre au sérieux et propose même 140 000 $ en plus pour être sûrs d'avoir le chat, leur petit garçon ayant craqué sur elle !

Préoccupation des amis des bêtes, mais est-ce que Tiffany est d'accord, ne va-t-elle pas être malheureuse ? Non affirment les propriétaires, car elle sera confiée à une famille aimante, avec un plus jeune enfant (leur fils a 19 ans) qui s'occupera bien d'elle et qu'elle sera contente de ne pas changer d'environnement. Evidemment elle leur manquera, mais finalement, comment résister à l'appel des dollars ? Et en plus ils vont pouvoir rester avec elle encore deux mois, le déménagement ne se fait qu'en décembre... 

Ici la video, de la chaîne de télé de Melbourne "7", avec accent typique de la jeune journaliste envoyée spéciale  devant la maison en question...

https://au.news.yahoo.com/vic/a/25253369/melbourne-family-sells-pet-cat-for-140-000-to-seal-house-deal/

Ci dessous Tiffany.

cat-house-large-.jpg

 

16:25 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2014

Gâtisme

En italien "chat" se dit "gatto", en portugais "gato". En fançais, le g a du se transformer en "ch". En tous les cas, je garde un chat depuis une semaine et je deviens gâteuse. La preuve en images.

2014-08-28-11-33-37.jpg2014-08-28-11-37-21.jpg

 

J'ai carrément craqué en la voyant dormir sur mon canapé, et je lui pardonne de vomir des petites boules de poils sur mon parquet ou de me réveiller en miaulant quand j'ai envie de faire la grasse mat...

 

12:17 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (1)

29/07/2014

Cirque de province

Le cirque Frankie Zavatta s'est arrêté à Chatillon, après un passage à Laignes, et il poursuivait ensuite sa route à Montbard et peut-être Dijon. Deux jours d'arrêt, deux spectacles dans la journée.

Il avait planté sa tente dans la grande esplanade parking à l'entrée de la ville, face au musée du Châtillonais, là où est exposé le célèbre vase de Vix (que tout un chacun devrait aller voir au moins une fois dans sa vie).

Ce qui était joli c'étaient les animaux exotiques qui broutaient l'herbe accrochés à un pieu afin de ne pas trop s'éloigner. A deux pas, les petits vieux jouaient à la pétanque.

lamas petanque.JPG

Il y avait un dromadaire, des lamas, dont un avec son bébé (trop mignon), des petites chèvres et un joli poney shetland bai noir très gentil.

bébé lama.JPGchèvre.JPGchameau.JPG

Tous ces animaux etaient en libre accès si j'ose dire.  Personne ne les surveillait. Les artistes du cirque faisaient confiance à la bienveillance du public. En effet personne ne s'est amusé à leur donner des choses à manger ni à les kidnapper. En ces temps d'hypersécurisation et judiciarisation c'est rassurant. 

La dernière fois que j'avais caressé un chameau c'était justement un été, il y a presque 40 ans, quand un cirque s'était arrêté dans le village où nous passions nos vacances. Le poil de chameau est très doux. Et un chameau bien traité - tout animal bien traité - est gentil et non agressif.

Ni une ni deux, nous sommes revenus le lendemain pour le spectacle.

Il fut charmant. Les artistes peu nombreux effectuaient chacun plusieurs numéros. La palme à une jeune femme roumaine, acrobate, qui a fait du trapèze fixe et de l'équilibre. Elle a notamment revisité le numéro des rubans en se faisant hisser dans un filet de pêche, sur la musique de la petite sirène de Disney bien sûr. Elle faisait aussi un duo avec son partenaire en effectuant de très beaux portés. Ils l'ont joué humoristique, arrivant habillés en Blues brothers et des chiens intervenaient dans le numéro ! Plus tard dans la soirée, il ont d'ailleurs présenté un excéllent numéro de chiens qui a remporté un franc succès auprès du public. La diversité des races (pour la plus part, un joyeux mélange) et des tailles, les rendaient particulièrement sympatiques. Enfin, moi j'aime les chiens, et les petits corniauds.

Parlons un peu du public... Hélas il n'était pas très fourni. A 21 heures, j'estime que nous devions être maximum 60 personnes et pas mal de places avaient été gagnées via la radio locale. Il y avait eu bcp plus de monde au spectacle de 18 heures. Ce qui me rassure un peu.

Conscients de leurs moyens, les concepteurs du spectacle en jouait en respectant les codes du cirque à l'ancienne. D'où des numéros d'équilibre avec des poignards, de magie, de jonglage et de lasso, très classique, exécutés parfaitement et tout à fait plaisants.

Malgré toutes ses limites, le cirque a présenté un numéro de lions ! Le dompteur était un petit bonhomme d'au moins 75 ans, Mike Burns, qui s'est débattu avec la mauvaise volonté d'un lion splendide qui n'avait envie de rien faire, mais qu'il a chevauché, caressé dans tous les sens et dont il a tiré la crinière comme s'il s'agissait d'un gros chat. Nous avions bcp de peine pour lui chaque fois qu'il devait déplacer des tabourets et des agrès pour ses lions. Il a fait entrer un deuxième lion qui lui était vraiment coopératif et a fait un petit numéro d'équilibre (il a marché sur les montants d'un échelle) en regardant vraiment bien où il mettait les pieds... C'en était touchant. Et tout a fait impressionnant !

Il y eu l'instant "exotique", une voix off, représentant Achille Zavatta, nous expliquait que le cirque avait peu d'aimaux, ce qui était un choix, et qu'il était fier de nous présenter quelques espèces venues d'ailleurs afin de nous faire rêver. Et le chameau que nous avions vu dehors est venu faire un tour de piste et s'est agenouillé. Ensuite sont arrivés les lamas. Le tout a duré 5 minutes mais ce fut charmant.

Sincèrement, j'ai passé un excellent moment. J'étais consternée par comment un groupe d'enfants livrés à eux même se comportaient mal, hurlant, courant à travers les gradins, se battant. A l'entracte, nous sommes partis nous asseoir loin d'eux. J'ai eu l'impression qu'ils se comportaient comme s'ils étaient devant leur télé...

Après le spectacle, ni une ni deux, tous les artistes mettaient la main à la pâte pour commencer à démonter. Quel travail pour une salle qui avait du contenir au maximum 35 spectacteurs payants. J'ai beaucoup d'admiration pour eux et j'espère qu'il y aura des jours avec plus de monde. C'était un spectacle sincère, sans faux semblants, simple. Techniquement irréprochable. Plus important pour moi, j'y ai retrouvé toute la joie de mon enfance. 

DSC_0151.JPG

 shetland.JPG