UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2012

Le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes

Attirée par la jolie photo du portique chinois dans le bulletin municipal, je décide aujourd'hui d'aller au fin fond du Bois de Vincennes pour découvrir ce jardin. Depuis la fin de la ligne 1 Château de Vincennes on emprunte le bus 114 ou 210 et on descend à l'arrêt Porte Jaune.

Tout est laissé dans un état d'abandon et de dégradation à la fois poétique et inquiétant. Il est vrai que le Bois de Vincennes est immense, mais on ne comprend pas comment on a pu laisser se dégrader ces pavillons qui datent de différentes expositions coloniales.

Le pavillon du Congo a même brûlé en 1984.

Un architecte y a construit ces intéressantes sculptures en planches. Les serres complètement abandonnées de l'école d'agronomie tropicale dont les bâtiments datent des années '50 se trouvent plus loin. On y est très au calme et aujourd'hui c'était très agréable vu la température.

En cherchant à comprendre quelque chose sur ce jardin qui me semble à mi chemin entre un mémorial (on y trouve les stèles pour les combattants d'Indochine) et un terrain vague, je suis tombée sur cet article. J'y ai trouvé quelques réponses. Il est rédigé par un sociologue, Benjamin Pelletier. On peut ne pas partager entièrement son opinion, mais pour ma part je suis plutôt d'accord avec son analyse.

On peut vraiment parler de "friche mémorielle de la France coloniale".

Son article a été rédigé en 2010 et depuis les bâtiments se sont encore dégradés. Cependant la Mairie de Paris vous incite à aller le visiter ! Quelque chose m'échappe. Après ma promenade j'avais juste envie d'écrire un courrier interrogatif sur pourquoi laisser ce très bel endroit quasiment à l'abandon. La rédaction du bulletin de la Ville de Paris souhaite-t-elle provoquer une indignation afin de susciter une demande de fonds ? Par ailleurs, la route qui empreunte le bus permet de constater ce que les reportages raccoleurs de M6 sur la prostitution montraient si bien : il y a quelques camionettes et quelques femmes qui attendent le client dans les chemins très dégarnis du bois. On voit très bien les tentes des sans domiciles maintenant que les buissons sont toujours sans feuilles... Finalement, le jardin n'est qu'à l'image du bois lui-même, un lieu de misère coincé entre de belles villas et de petits immeubles très chics. Bref. Je ne tenterai pas de grandes analyses car je ne m'en sens absolument pas capable. Mais lisez l'article de M. Pelletier.

http://gestion-des-risques-interculturels.com/points-de-vue/le-jardin-tropical-de-paris-friche-memorielle-de-la-france-coloniale/

DSC_0011.JPGDSC_0026.JPGDSC_0028.JPGDSC_0048.JPGDSC_0047.JPG

21:00 Publié dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2011

Edelweiss

Il existe un très joli jardin à côté de Notre Dame de Paris. Je n'y étais jamais allée.

Je ne sais par quel mystère, un petit jardin alpestre est coincé près d'une palissade. J'y ai vu ça. Un peu plus loin, nous avons des simples et des massifs de sauges plus classiques.

edelweiss.JPG

21:00 Publié dans Fleurs, Jardin | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2011

Saint Jean de Beauregard - Fête des Plantes vivaces

Voilà, je suis allée à St Jean de Beauregard à la fête des plantes vivaces qui se déroule deux fois pas an, au printemps et à l'automne. J'en avais très envie depuis que j'avais piqué une affiche au lycée agricole où j'ai fait ma formation fleuriste il y a trois ans.

Nous nous sommes un peu engueulé avec ma mère qui conduisait parce que le Tom Tom nous a larguées et que je devais lire la carte et que forcément je l'emmenais dans la mauvaise direction... Au fait, après avoir raté la N488 et avoir fait un inutile détour par Bièvre, nous sommes arrivées parfaitement à bon port. Là, ma mère ayant une vue déclinante, ne s'est pas aperçue de la marée des voitures qui donnait immédiatement envie de prendre ses jambes à son cou et de se barrer vite fait. Finalement, tous les 250 mètres des scouts de France de l'Essone nous indiquaient où aller pour nous garer sur une immense prairie-parking gratuit. DSC00217.JPGEnsuite, après avoir fait une courte queue pour payer notre entrée (12 euros), nous sommes entrées dans le domaine où se trouvaient de centaines d'exposants, tous spécialistes de diverses plantes. Le château est une grande batisse du XVIIIe siècle bien restaurée, qu'on ne regarde pas vu que nous avons les yeux rivés sur les magnifiques plants de succulentes, plantes de sous-bois, ericacées, azalées, rosiers anciens etc. etc.

Nous avons même pu manger un excellent sandwich préparé avec une bonne baguette croquante. Pour moi ce fut un jambon beurre, pour maman un sandwich rillette. Une Leffe pression bien fraîche dans un gobelet, le tout mangé sous un arbre dans une pelouse où jaillissent des touffes de jonquilles en partie fânées et plein de ficaires.

DSC00238.JPG

 

 

 

 

DSC00225.JPG

 

 

 

 

 

 

J'ai acheté deux plantes :

DSC_0001.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une primevère "Garnet Cowichan" de chez Barnhaven. Admirez cette magnifique couleur pourpre preque noire et ce velouté qui rapellent le Cosmos astrosanguineus.

Le sympatique pépiniériste anglais qui ne vendait que des primevères des couleurs les plus variées se trouve en Bretagne, à Plestin les Grèves.

www.barnhaven.com

(Derrière on distingue des tulipes, Black quelque chose achetées chez Truffaut et qui ont très bien marché.)

Plus bas, Pleione formosa - petite orchidée de sous-bois, cultivée par Aldo Ciampittiello. Ce producteur d'orchidée est un italien, fils d'un immigré italien qui a quitté Campobasso pour travailler dans les mines en Belgique dans les années '50. Il se trouve à Mol. Toutes ses orchidées étaient magnifiques.

www.aldo-airplant.be

DSC_0004.JPG

Pour ceux qui ont la chance d'avoir un jardin, je conseille vivement le déplacement à St Jean de Beauregard. On y trouve des plantes très belles, rares, des producteurs qui savent bien vous parler de ce qu'ils font, et des prix qui n'ont rien à voir avec ceux pratiqués par les enseignes de jardinerie. En plus vous avez la garantie de ramener chez vous des plantes en bonne santé parce qu'elles ne viendront pas de loin, n'auront pas été refrigérées ou stockées je ne sais où.

Rendez-vous en septembre où en plus il y aura des légumes !

23, 24 et 25 septembre

www.domsaintjeanbeauregard.com

Vous avez compris, j'aime les plantes.