UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2012

Entre Mantes la jolie et Rosny sous bois

Je suis allée visiter l'emplacement d'un futur eco-quartier situé entre Mantes la jolie et Rosny sous bois.

J'ai donc pris le train à la gare St Lazare, un train qui allait jusqu'à Rouen et dont le premier arrêt était Mantes. Là un car m'a amenée, avec d'autres membres du même panel que moi, jusqu'au site où s'érigera le futur eco-quartier. J'ai vu le Val Fourré, le quartier de Mantes qui a tant fait parler de lui. Il s'agit de deux grandes tours. J'ai aussi vu la nouvelle piscine, magnifique, construite non loin de là, et le fameux hôpital, qui est immense.

Le site est beau, tout près de la Seine. De l'autre côté il y a le Vexin, très jolie région. On a du mal à le croire quand on se retrouve au dessus de l'autoroute A13, qui vous mène à Deauville en moins d'une heure, m'explique le chauffeur du car, tout en traversant ces abords de ville qui sont si laids avec leur restaurant Courtepaille, leur Léon de Bruxelles, leur hyper marché mastodontique Auchan. Le vieux Mantes est beau d'ailleurs, avec sa cathédrale dont on aperçoit les tours au loin.

Rosny sous bois est une petite ville de 6000 habitants. Elle possède sa station d'épuration qui est un peu laide. Il y a un joli bois et un château, le château que s'était fait construire Sully, en bord de Seine. Ce qui explique les fréquentes références au ministre d'Henry IV dans le coin, notamment le nom du collège. Racheté par un escroc japonais dans les années '90,  il fut victime d'un pillage en règle de ses meubles et boiseries pour finalement être vandalisé après son abandon. Il a été depuis restauré.

Bref. Je me suis retrouvée avec la maire de Rosny, le maire de Mantes et des habitants de Rosny et de Mantes et de la région à marcher dans une sorte de no man's land qui avait un certain charme.

Ensuite tout le monde (sauf les maires qui nous ont retrouvé à la fin) était réuni dans un salle communale appelée l'espace Corot pour travailler sur quatre zones de ce futur eco-quartier. C'était un travail très intéressant.

Je suis restée impressionnée par la méthode utilisée et la volonté de réunir un maximum de personnes intéressées par le projet dans un soucis réel de concertation. J'avoue que je me sentais un peu de trop, ou illégitime, car j'avais été quelque part "recrutée" par l'institut de sondage qui ne participait que dans une moindre mesure à cette consultation. Il y avait eu bien sûr des réunions publiques (dorénavant quand il y en aura dans ma mairie j'irais !) et des réunions dans les municipalités concernées. Un travail avait été fait au près des collégiens de Mantes et de Rosny. Un gros document avait été rédigé suite à ces consultations. Et moi depuis 3 mois je suivais les débats sur un site dédié à cela qui lancait plusieurs pistes de réflexion sur ce que devrait être un eco-quartier. Mais pour m'être déplacée je recevrai 150 euros de dédommagement.

Les deux maires écoutaient attentivement les compte-rendus de chacun, la maire de Rosny prenait des notes. Le cabinet qui a organisé le séminaire leur remettra un dossier avec tout ce qui a été dit par les participants. Mais en discutant avec des habitants, surtout ceux de Rosny, je sentais une certaine inquiétude et même un désabusement. Ils ne sont pas certains que l'on tiendra compte de tout ce qui sera dit, comme s'il s'agissait de voeux pieux. Eux sont préoccupés par la voirie actuelle, il n'y a pas de budget pour réparer les routes ou faire des trottoirs alors quand on leur parle de développer 1500 logements... et par conséquent d'avoir 6000 habitants en plus sur leur territoire ils ont des doutes.

Mais ce samedi j'ai eu l'impression que l'expression démocratie participative avait un sens.

 

DSC_0003.JPGDSC_0005.JPGDSC_0009.JPGDSC_0010.JPG

15:16 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (5)

14/11/2011

Le badminton et l'armée russe

Une dépêche arrivée ce matin à 9h56, qui nous informe que l'armée russe va s'équiper de 10 000 raquettes de badminton pour entraîner ses tireurs d'élite attire mon attention car grâce à ma cousine Agnès j'ai pu pendant une soirée m'initier à ce sport fort divertissant et qui demande bcp d'énergie.

C'est le quotidien Isvestia qui rapporte que l'armée russe "achètera dès 2012 10 000 raquettes et des dizaines de milliers de volants pour entraîner avant tout ses tireurs d'élite." Car "ce sport est très utile pour tous les combattants." explique le chef du département  de Formation physique du ministère des armées Alexandre Chtchepelev. Je suis bien curieuse de savoir ce qu'en pensent les joueurs de badminton qui ne m'ont pas l'air forcément très belliqueux. Sportivement aggressifs certes quand il s'agit de smasher mais bon...

Opinion partagée par Alexandre Kharamtchikhine, directeur-adjoint de l'Institut d'analyse politique et militaire qui qualifie d'étrange le choix du badminton. Selon lui, ce genre de sport n'est bon que pour la détente des militaires.

Ici la video du président Alexandre Mdevedev qui prône les vertus du badminton.

Je constate qu'il est entièrement équipé Yonex, joli coup médiatique pour la marque japonaise leader mondial pour les équipements de badminton.

Je ne comprends pas le russe, donc 3'10 ça peut paraître un peu long. Il y a eu 132 commentaires tout de même. 

http://blog.kremlin.ru/post/191

Mdevedev au premier plan parait du coup, pour une fois, plus grand que Poutine. Photo AFP/Archives, Dmitry Astakhov

Badmi.jpg

18:11 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2011

Des pulls pour les pingouins

Il n'y a pas eu que la coupe du monde de rugby en Nouvelle Zélande. Hélas, il y a 3 semaines un cargo s'est échoué sur un récif pas loin d'une des côtes les plus belles de l'archipel. Il contenait 1600 tonnes de fioul dans ses reservoirs, 300 ont déjà fuité. Le pompage a comencé à raison de 20 tonnes par jour. Entre-temps les côtes de l'île de Tauranga ont déjà été souillées par des boulettes de fioul et à ce jour 1300 oiseaux sont morts, 300 ont pu être recueillis, dont beaucoup de pingouins bleus.

Au fait, il est assez compliqué de nettoyer un oiseau englué de pétrole. Tout d'abord il est tellement stressé d'avoir été pris dans une nappe de fioul, que les spécialistes généralement attendent quelques jours avant de commencer le nettoyage. L'oiseau est nourri et une fois qu'il s'est un peu "remplumé" il est rincé et nettoyé avec une brosse à dent. L'opération prend 40 minutes. Pour éviter qu'il ne s'empoisonne en cherchant à se nettoyer lui-même, on leur tricote des petits pulls. Il faut aussi compter plusieurs jours pour que l'huile qui imperméabilise leurs plumes et régule leur température, se recréé. Le pull a donc aussi le mérite de leur tenir chaud. Les créatifs de la marque de laine la plus connue de Nouvelle Zélande (www.skeinz.com, 100% pur mérinos) ont donc très vite conçu un modèle, qui a été librement interprété par de nombreuses bonnes âmes. Voyez plutôt :

penguins3.jpg penguinsinsweaters1011.jpgscreen-shot-2011-10-23-at-9-47-43-am.jpgrex_penguin_sweaters_ll_111020_wblog.jpg Et pour ceux qui veulent savoir comment ça se fabrique tout est expliqué ici : http://theyarnkitchen.blogspot.com/2011/10/penguin-power.html

Et pour en savoir plus sur les opérations de sauvetage des oiseaux, pour les anglophones, ce lien : http://www.stuff.co.nz/environment/rena-crisis/5831263/Renas-feathered-victims-face-long-recovery. On y découvre qu'on s'attache très vite aux petits pingouins et qu'il ne faut surtout pas être sentimental si on souhaite être efficace (!) Il ne faut pas rester plus de 10 minutes avec un oiseau et vite le passer à une autre équipe justement pour ne pas se laisser émouvoir par la détresse de l'oiseau ...

22:55 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0)