UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2013

Les jeux anglais

Il y a 8 ans j'ai acheté un vrai jeu de fléchettes anglais de la marque "Achiever". Il se trouvait dans une boutique Jeux Descartes qui fermait. Tout était bradé. L'esthétique et le graphique fort de la cible m'ont irrésistiblement attirée. Les personnes qui étaient avec moi ce jour là m'ont demandé ce que j'allais bien pouvoir en faire (mon deux pièces est notoirement trop petit) et je leur ai dit que je finirai bien un jour par avoir une maison de campagne où elle trouvera sa place. En attendant, j'ai rangé l'objet au fond d'un placard et je l'ai ressorti ces jours-ci car ça y est, une maison de campagne (avec son propriétaire) est entrée dans ma vie !

Voici la chose :

180achieveDB10-1.jpg





















Ca pèse au moins 5 kilos et au dos de la boîte il y a toutes les instructions pour jouer.

Au départ on pense naivement que c'est simple : il s'agit de lancer les fléchettes et marquer des points. Mais non pas du tout, la cible elle-même est complexe avec des inner rings, outer rings, single, double et treble rings. Je comprends pourquoi Tolkien est anglais.

Vous remarquerez que les chiffres autour de la cible sont distribués de manière totalement cryptique pour un non initié. Quelle est la logique ? Déjà je ne me souviens plus de la suite des nombres premiers, donc, comprendre la logique qui anime les chiffres d'un jeu de fléchettes anglais est certainement hors de ma portée. Ensuite, les règles sont bien plus complexes qu'une cible normale (comme par exemple les épreuves de biathlon ou de tir à l'arc lors des J.O), non, il ne suffit pas de lancer sa fléchette le plus près possible de la cible - le bull eye - ce serait trop simple.

Les distances sont exprimées en pouces. Déjà ça donne un aperçu de la distance culturelle qui nous sépare. 7'9 1/4 oui, 7 pieds et 9 pouces un quart... Soit 2,37 mètres... Quand à la cible, elle doit être positionnée à hauteur d'homme, le bull eye à 5'8" soit 1,73 mètre. Jusque là ça va.

La cible est partagée en 3 cercles. Le premier, assez large, autour du bull eye, un deuxième et le 3ème, dans le quel sont placés des chiffres, 20, 1, 18, 4, 13 etc. Le bull eye est lui même entouré d'une petite bordure verte, appelée donc l'outer bull (extérieur) l'inner étant le centre de la cible, en rouge. L'inner bull vaut 50 points, l'outer bull 25. Les single sont les points marqués dans le cercle juste après l'outer bull. Le double ring semble être le cercle noir où sont marqués les numéros tout autour de la cible, mais un petite flèche m'indique le "treble 20" juste au dessus de la cible - qui équivaut à 60 points - mais je n'arrive pas à voir (noir sur noir c'est pas très clair) exactement où ça se situe.

Pour finir il y a le treble ring, le cercle juste après celui des "single" compte x 3.

Je suis déjà complètement larguée à ce stade. Alors imaginez quand viennent les règles du jeu simple, le "301".

Le but du jeu est d'arriver à 0, chacun partant avec un total de 301 points (oui, 301 et pas 300, pourquoi je ne sais pas). On déduit de ce total les points que l'on marque avec les fléchettes. Pour commencer il faut toucher un "double ring". Et ensuite rejouer dans le double et puis on est libre de continuer mais le dernier coup doit obligatoire être un double et il faut tomber pile à 0.

"To win, a player must reduce his score to exactly zero, and the last dart must be a double. For example, if you need 41 to finish, you could do it with a single 9 and a double 16." Limpide mon cher Watson !

C'est donc extrêmement compliqué. Si on pense que ce jeu se trouve normalement dans des pubs, et que l'on y boit des bières, je me demande comment on fait pour gagner. En compétition, on part de 501 et on n'est pas obligé de commencer par jouer dans le double ring. On peut également jouer par équipes, dans ce cas on commence avec 601. Chaque joueur a 3 fléchettes et on joue chacun son tour, comme à la pétanque. Donc il faut atteindre le score de zéro en plusieures manches de 3 coups, et les adversaires peuvent vous gêner en envoyant leurs fléchettes sur les points qui vous permettent de gagner.

Il existe un autre jeu qui s'appelle "Cricket" où on ne peut jouer que les points suivants 15, 16, 17, 18, 19 et 20. Il faut vérouiller les points en les gagnant avec 3 coups, dans le single ou le double ou 3 singles, c'est au choix. L'adversaire peut vous gêner en vérouillant lui aussi les points. Bref. Ca me semble super compliqué, très anglais.

J'ai le temps de me documenter et de m'exercer d'ici cet été, quand j'installerai ladite cible sur un mur de la maison de campagne. 

Mais un jeu - s'il est trop simple- n'est pas du tout amusant ! C'est ainsi que les Anglais nous ont donné la règle du hors jeu (que l'arbitre de touche du France-Ukraine d'il y a 15 jours n'a pas vue, alors que moi je l'ai vu que notre ami Benzema était hors jeu, tout ça je l'ai compris en regardant l'excellent film anglo-indien avec une Keira Kneightley débutante "Bent it like Beckham !"), le cricket, totalement incompréhensible pour un non-initié, le rugby et le hockey sur gazon.

Bref. Pour acheter un "dartboard" on est immédiatement envoyé sur un site de fournitures pour bars... Là on y découvre tous les accessoires manquants, le cercle en plastique dur à placer autour de la cible pour préserver le mur, le tapis de sol avec les distances reglementaires (qui préserve aussi le sol des fléchettes qui tombent), les ardoises pour marquer les points et les fléchettes avec les jeux d'ailes en couleurs différentes...

http://www.barequipmentdirect.co.uk/one80-achiever-dart-b...

Les films à regarder avant, pour se mettre dans l'ambiance :

- A very British gangster documentaire de Donal McIntyre (http://www.youtube.com/watch?v=EPoQVORRBl4)

- The Angel Share de Ken Loach (http://www.dailymotion.com/video/xqzebw_bande-annonce-du-...)

- La Bataille d'Angleterre, 1969 (http://www.dailymotion.com/video/x3ze8e_la-bataille-d-ang...) pour une scène de pub de campagne mémorable (avec les avions qui passent au dessus pour bombarder Londres...)

Et la chaîne télé spéciale pour les tournois de fléchettes, c'est comment dire, spécial :

http://www.pdc.tv/rules-of-darts

Le site de la fédération britannique du jeu de fléchettes, DRA Darts Regulation Authority :

http://www.thedra.co.uk/

Ca ne rigole pas... 


PS : ironie du sort, il semblerait que le jeu ait été inventé en France ! C'est ce qu'explique la somme sur ce jeu "Darts in England - 1900-1939" par Chaplin, les fléchettes étaient fabriqués dans le Jura et exportées en Angleterre ...

"However, the really horrifying conclusion of Chaplin's studies is that the origin of the thoroughly English game of Darts is French! Yes, the darts used at the newfangled fairground attraction of Dart throwing were all imported from the Jura region of France where the game had been made and played in a somewhat different form for some time. French darts are wooden and rather larger than a modern dart. For nigh on 60 years, the darts industry in the Northern part of France grew as the sport blossomed in England until, according to Chaplin, by 1937, 10 million darts per year were being produced for the English market... "

20:23 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3)

06/11/2013

Promenade à l'Arsenal

Depuis l'Arsenal, un passage à côté de l'écluse est désormain ouvert et on accède directement aux bords de Seine. Dimanche il a fait très beau.

DSC_0384.jpgDSC_0385.jpgDSC_0386.jpgDSC_0387.jpg

18:58 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2013

De Lauris à la Forteresse de Buoux

De Lauris, il est facile de prendre la route pour Apt et ensuite Bonnieux pour s'enfoncer dans le massif du Lubéron (ci dessous Lauris).

DSC_0375.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On traverse Lourmarin - très beau, très pêteux, très chic avec son château XVIIIe et ses mas gîtes de grand luxe nichés dans les vignes et les lavandes - et au bout de quelques km, la route devient sinueuse et le paysage à couper le souffle. On croisera quelques cyclistes, des fous, dans le deux sens, grimpant sous un soleil de plomb ou dévalant les pentes.

Je cherche le prieuré de St Symphorien dont la photo sur l'excellent guide de la Provence romane des éditions du Zodiaque me fait très envie. Ce fut digne d'une quête du Graal. Je me suis trompée de départementale deux fois, je suis passé devant trop vite, rebroussé chemin pour finalement découvrir qu'il se trouve au sein d'une propriété privée appartenant à un certain M. Vial... Les photos du prieuré et de ce qu'il en a fait peuvent se voir dans le livre "Provence interiors" de Taschen. Et ici : http://www.architecturaldigest.com/decor/2009-01/vial_art...

J'apprends que Daniel Vial l'a racheté à Roger Vadim et l'a transformé à sa guise grâce à son carnet d'adresses. On a reparlé récemment de M. Vial car il connait Jérôme Cahuzac (il est lobbyiste dans l'industrie pharmaceutique).

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/2013051...

Dans le jardin, en repartant, j'ai le temps d'entrevoir une jolie Triumph vert anglais et une splendide Rolls Royce.

Du coup, nous nous dirigeons vers le fort de Buoux, également signalé par le guide Zodiaque, qui est sur la route et est - en plus - clairement indiqué. 

Un parking dans un petit bois vous permet de laisser la voiture. On s'achemine par un long sentier qui mène au pied d'une falaise extraordinaire :

DSC_0374.jpgDSC_0373.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vieille maison en pierre avec un charmant jardin fait office de billeterie. Une vieille dame nous explique de faire attention quand il y a des échafaudages et nous tend un dépliant. Je constate qu'elle habite là : la pièce est adossée à la falaise et très sombre, mais je distingue foule de vieux meubles anciens, petits tableaux, armoires chargées de livre... Un incroyable bric à brac.

La marche épuisante à cause de la chaleur vaut le coup : une fois en haut on découvre un paysage magnifique et les ruines de la forteresse sont, dans leur dénuement et leur simplicité, d'une grande beauté. 

DSC_0360.JPG

DSC_0364.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0365.jpgDSC_0371.jpgDSC_0369.jpgDSC_0366.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On nous conseille de redescendre par un petit sentier qui se termine par un escalier taillé dans le flanc de la falaise (attention les genoux), point d'orgue de la découverte d'un site vraiment exceptionnel.

 

Ca repaye de la déception du fameux prieuré si chic et si toc.

Pour en savoir plus sur le Luberon je vous renvois également au site officiel :

http://luberon.fr/

00:29 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)