UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2015

Etape 2 : 1ère randonnée avec la carte d'Olivier Arcelus

Mardi matin, nous allons quérir le propriétaire des lieux qui après quelques questions sur notre motivation et nos capacités nous sort une de ses cartes IGN plastifiées sur laquelle il a noté au feutre noir un itinéraire de promenade. Il nous explique les choses à ne pas rater, notamment un chemin bordé de hêtres qui ont repoussé de leurs souches prenant des formes fantomatiques dignes d'un roman de Tolkien ou d'un dessin animé de Miyazaki !

Les résineux sont grandioses, jamais - sauf en Australie dans la forêt pluviale - je n'avais vu d'arbres aussi hauts.

Le chemin nous a mené à travers bois jusqu'à la Petite Chaux et la Grande Chaux, deux hameaux où existent de nombreux gîtes, dont un, le Gîte des étoiles, dans sa simplicité nous a paru fort agréable. Ensuite on continuait jusqu'au village de St Prix. Nous avons ensuite traversé un beau bois de châtaigniers. Je m'extasie devant des arbres remarquables qui bordent les prairies, énormes, au tronc faisant facilement 1'70 de diamètre.

Nous nous arrêtons près d'un champ, les charolaises avec leurs veaux nous chargent en mugissant comme un troupeau de bisons ! Nous apercevrons un petit château au loin (Montcharnon). Arrivée à Genetouse et traversée d'un bois. Petite maldonne, je redescend le sentier au lieu de prendre à gauche... Pas trop grave, petit détour, mais les pieds sont échauffés et je sens l'ampoule poindre !

Mais nous voici arrivés au hameau du Crôt Morin et sur le chemin nous croisons Fenouil qui répond d'abord à son nom mais semble avoir peur de Marc, de son chapeau et de son bâton de marche. Elle continuera finalement son chemin.

Nous rentrons fourbus et heureux, rendons la carte à son propriétaire et prenons le thé sur la terrasse. Fenouil nous y rejoindra et croquera avec délicatesse un biscuit Thé de Lu.

DSCF6992.JPG

DSCF6994.JPG

DSCF7001.JPGDSCF7003.JPG

DSCF7006.JPG

DSCF7007.JPGDSCF7009.JPG

 

 

08/08/2015

Etape 1 : arrivée à La Rivière, Gîte des fleurs, chez Martine et Olivier Arcelus

Parvenus finalement à quitter Autun, nous nous dirigeons vers notre gîte. La route monte vers des hauteurs, nous traversons bientôt des forêts de ce que j'apprendrais être des mélèzes et des pins Douglas (je ne suis pas très forte en résineux). Nous passerons à côté d'un lac de retenue près des gorges de la Canche et finalement nous verrons en direction de St Prix, indiqué notre gîte, le Gîte des fleurs !

 

Au fond d'une petite vallée bordée par une rivière nous trouvons un immense jardin paysagé au milieu du quel sont placés quatre petits chalets tout simples au toit végétalisé. Après la route splendide au milieu des forêts, et la découverte de cette vallée de prairies qui me fait penser à la Suisse j'ai un choc tellement le site est enchanteur. Les photos que j'avais vu sur internet ne laissent pas imaginer le charme des lieux.

 

Nous nous avançons lentement le long de l'allée et garons notre voiture près d'une maison très simple à la recherche des maîtres du lieu. Nous sommes accueillis par une cordiale chienne Jack Russel. Après un peu de temps, nous revenons sur nos pas et tombons sur le propriétaire qui désherbait un massif. Sa femme étendait le linge derrière les serres et nous l'avions ratée de peu. Nous comprenons qu'il est pépiniériste. Les tunnels de l'autre côté de la route abritent sa production et tout le jardin a été fait par lui avec ses plantes, comme les toits végétalisés des chalets.

 

 

Chaque chalet a une couleur pour le distinguer des autres et est entouré de plantes de sa couleur. La bordure de massif qui serpente le long du jardin change de couleur en fonction du chalet qui se trouve plus loin. Des bouquets de bouleau rythment cette étendue. Nous sommes dans le chalet rouge, qui est entouré d'érables, d'une petite clématite rose foncé à quatre pétales et d'une autre fleur rose rouge très simple. A côté de nous le chalet vert, avec des prêles, un ginko taillé nain, des poacées élégantes... Plus loin le chalet bleu avec ses massifs d'hortensia et un drôle de sapin bleuâtre... Je suis sous le charme. 

 

Après que sa femme nous eut donné les clés et que nous eussions posé nos affaires nous avons fait un tour du domaine. 

Le plan est un long rectangle bordé par la gauche par la petite rivière et par la droite par le chemin menant à la maison des propriétaires. Le long de cette bande de terrain quatre chalets. Une grande grange a été transformée en salle commune et gîte d'étape. Plus loin un tunnel sous lequel sont entreposées les plantes cultivées par le propriétaire et un peu plus loin un étang avec un ponton et des transats. Tout autour de cet étang, des plantations de conifères, bambous, arbres, et des plantes extraordinaires comme la grande Berce du Caucase, qu'il ne faut plus cultiver car elle devient envahissante m'expliquera Martine Arcelus (son latex est dangereux et provoque des brûlures). A l'autre extrémité, Olivier son mari a défriché une petite prairie près de la rivière pour la transformer en labyrinthe de poacées. Il y a également posé quelques ruches. Sortis du labyrinthe, on progresse le long de la rivière, avec la "mixed border" qui rythme le paysage jusqu'à l'étang. Tout simplement extraordinaire et élégant. Je ne sais pas si les personnes qui louent ces chalets pour quelques jours se rendent compte de l'endroit où ils se trouvent.

 

Le chalet est très simple, en bois, volets peints en rouge, linoléum rouge au sol. Une grande pièce à vivre avec canapé clic clac et cuisine, une chambre avec lit un peu petit de 140 au matelas hélas un peu mou (nous dormirons mal), une autre chambre avec un lit superposé et un petit lit, une salle de bain assez grande avec douche (dont les portes évidemment étaient un peu branlantes !) un cagibi avec machine à laver, aspirateur et seau avec balai serpillière.

Je pense qu'à cinq ont serait devenus un peu dingues, mais à deux ça allait très bien. Par ailleurs je me rend compte qu'il manque de serviettes dans la salle de bain (je pense que j'aurais pu les demander vu qu'il y avait un tapis de bain), que je n'ai pas de film étirable ou de sopalin, ni de torchon dans la cuisine (mais j'en avais apporté un). .. Je suis énervée d'avoir oublié ce genre de choses en faisant les courses ou de ne pas avoir pensé à les emmener depuis Belan.

Tous les accessoires sont rouges et j'avoue que la couverture en polaire rouge, les petits rideaux rouges et les taies d'oreiller également rouges ne me paraissent pas apaiser les sens au moment d'aller se coucher. Je préfère les couleurs pâles ou froides... La prochaine fois je demanderai le chalet bleu ou le vert ! 

 

Ce qui comptait c'était le site exceptionnel, et la beauté du jardin. Nous étions entourés de verdure dans un calme total sans aucune pollution lumineuse ce qui nous permettait d'admirer la lune et les étoiles.

 

Pendant la visite, la chienne Fenouil nous accompagnait. La propriétaire nous expliqua après nous l'avoir présentée qu'elle n'avait pas le droit d'entrer dans les chalets. Elle ne nous ennuya pas et était à la fois cordiale et polie, sachant rester à sa place. 

 

Bref, le hasard fait parfois bien les choses. En effet, mes recherches d'hébergement avait commencé au dernier moment, et mon critère n°1 était la possibilité de payer en chèques vacances. Or les gîtes près des lacs étaient pleins et au bout de quelques mails et coup de fils je commençais à perdre espoir. C'est la propriétaire d'un gîte que j'avais appelé qui m'a conseillé ce "Gîte des fleurs" que je n'avais pas retenu au vu des photos sur leur site. Le prix était vraiment correct (390 euros pour 4 nuits) et j'ai eu la surprise de découvrir un jardin de toute beauté et surtout, la possibilité de faire de splendides randonnées à partir de là où nous nous trouvions sans être obligés de prendre la voiture. Le propriétaire Olivier Arcelus, vous explique comment faire et vous donne une carte ign avec l'itinéraire tracé au feutre noir et plastifiée par ses soins accrochée à un mousqueton et un ruban pour qu'on ne la perde pas !

 

 DSCF6942.JPGDSCF6939.JPG

 

 


DSCF6945.JPGDSCF6944.JPGDSCF6947.JPGDSCF6948.JPGDSCF6950.JPGDSCF6951.JPGDSCF6952.JPG

Salicaire commune.

 

DSCF6954.JPGDSCF6955.JPGDSCF6957.JPG

Un beau carex vert et blanc...

 

DSCF6958.JPGDSCF6959.JPGDSCF6963.JPG

Phlox rose pale

DSCF6964.JPGDSCF6960.JPG

Beau massif d'echinops - ou chardons bleus - butinés par les abeilles.

 

DSCF6967.JPG

Un étonnant pin aux aiguilles panachées, vert et jaune...

DSCF6968.JPGDSCF6969.JPGDSCF6970.JPGDSCF6971.JPGDSCF6972.JPGDSCF6977.JPGDSCF6979.JPGDSCF6981.JPG

La fameuse grande Berce du Caucase, infestante et au latex urticant. Dommage car elle est vraiment très belle...DSCF6983.JPGDSCF6984.JPGDSCF6982.JPGDSCF6985.JPGDSCF6990.JPGDSCF7037.JPGDSCF6991.JPG

07/08/2015

Découverte du Morvan : étape 1, Autun

L'année dernière la destination de vacances avait nécessité un si long voyage (l'Australie, prétexte également pour rendre visite à un de mes frères) que nous avions décidé cet été de ne pas partir loin. Un point de chute que l'on puisse atteindre facilement en voiture en partant de notre village. J'avais constaté que le Morvan, que je croyais être un pays fabuleusement éloigné et obscur de mon point de vue de parisienne était juste un peu au sud. Une émission de radio évoquant la vie de Jean Genêt m'appris qu'il avait été placé en nourrice dans le Morvan. Il le raconte dans un de ses livres. Les nourrices du Morvan sont évoquées dans l'écomusée du parc naturel régional. Cette histoire me touchait et c'était une des raison, avec les forêts, qui m'avaient donné envie de découvrir cette région (cf. ecomusée du Parc naturel du Morvan, maison de l'assistance publique).

 

 

Depuis Châtillon sur Seine, on prend la direction de Montbard et ensuite de Saulieu. Sur le chemin, au loin, j'apercevrai émerveillée les remparts et les tours de Semur en Auxois. Marc me promet de s'arrêter au retour.

De Saulieu, au lieu de prendre les toutes petites départementales à travers les forêts et les villages de Chissey en Morvan, Lucenay l'Evêque et la Grande Verrière, nous optons pour Autun. J'avais envie de voir cette ville car enfant en cours de dessin, j'avais du recopier le bas relief de l'Eve tentée du tympan de la cathédrale d'après une très belle photo en noir et blanc. En plus, Autun est une ville pleine de vestiges romains. Ironie du sort, je n'ai pas pu voir ce bas-relief qui se trouve à l'abri, au Musée Rolin (que je n'ai pas eu le temps de visiter).

autun_eve2.gif

 

Autun est vraiment partagé en deux, avec une ville basse et une ville haute située sur une colline. Avec la voiture, on grimpe vers le centre et on tombe quasi immédiatement sur une grande place avec un parking payant bien sûr (50 centimes la demi heure). Nous découvrirons plus haut, au pied de la cathédrale, une charmante petite place bordée de marronniers avec un parking gratuit (mais avec peu de places). Les rues du centre sont étroites et il nous parait absurde qu'elles ne soient pas fermées à la circulation.

Après nous êtres garés au milieu de voitures majoritairement en provenance de Hollande, d'Angleterre et d'Allemagne, nous nous dirigeons vers l'office du tourisme qui nous fournira un plan qui n'est pas à l'échelle mais au moins nous permettra de nous orienter. Nous montons donc à la cathédrale mais lundi la salle capitulaire est fermée ... Qui plus est, des ouvriers dont un arborait la même moustache que le Vercingetorix d'Alesia, venaient travailler à la réparation d'un dallage et je n'ai pu apercevoir que de loin deux magnifiques statues de donateurs à genoux du XVIe siècle. Vercin.jpg

J'ai aussi raté le tableau d'Ingres près de la sacristie, mais j'ai pu au moins admirer le tympan qui a été restauré une première fois par Viollet le Duc et une deuxième fois tout récemment.

 

DSCF6929.JPG.

 Au premier plan, une famille néerlandaise...

 

DSCF6927.JPGDSCF6923.JPG

DSCF6926.JPG

C'est, malgré cette restauration un peu parfaite et blanche, assez stupéfiant. 

A l'extérieur, une fontaine que j'ai trouvé étonnante par son maniérisme :

..

 DSCF6931.JPGDSCF6932.JPG

 

La cathédrale étrangement ne m'a pas "bouleversée", mais j'ai aimé y accéder par un long chemin à travers une ville ancienne dont on devine le potentiel. De nombreuses maisons sont admirablement bien restaurées. Cependant nous passerons devant des magasins dont les devantures et les enseignes jurent avec l'environnement ! On se demande comment ça peut être possible, une mutuelle avec la façade jaune et bleue à deux pas d'une maison avec des linteaux de fenêtre du XVIIe...  

Je voulais aller voir le Théâtre romain. Nous avons donc quitté la ville haute, en descendant une rue bordée de beaux hôtels particuliers, passant devant le Musée d'histoire naturelle et ratant de peu celui des enfants de troupe. L'échelle du plan étant totalement fantaisiste, nous réalisons que nous pourrons pas aller à pied au Théâtre et nous redescendons vers notre parking récupérer la voiture. Nous trouverons assez facilement le chemin, nous passerons devant le lycée militaire à la splendide architecture classique (c'était un ancien séminaire construit au XVIIe) et aux dimensions dignes des Invalides.

 

Le théâtre est effectivement immense mais sert actuellement à un son et lumière sur César Auguste. Je n'ai pu vraiment apprécier la beauté du site, il est difficile de se faire une idée avec la photo que j'ai prise à travers le grillage

 

 

 DSCF6936.JPG

J'ai beaucoup aimé par contre la maison de l'administrateur des fouilles (certainement du XIXè) qui intègre des vestiges de tombes gallo romaines dans sa façade et qui m'a rappelé les villas de la même époque que l'on trouve sur la Via Appia antica à Rome.

 

..DSCF6933.JPGDSCF6934.JPG

 

Bref. Petite déception.

Malheureusement le temps était compté et nous devions faire les courses avant de remonter vers le cœur du Morvan. Je comptais redescendre dans la ville basse et atteindre la route pour Château-Chinon sur laquelle se trouvait opportunément un Intermarché et également le temple de Janus. Ce ne fut pas possible, un énorme embouteillage nous bloquant sur le boulevard circulaire (appelé Bld de la république) à cause de travaux sur un rond point menant à l'extérieur de la ville. De guerre lasse nous sommes donc remontés sur la place du Champs de Mars où se trouvait notre parking, en tentant de trouver une échappatoire à ce goulet ! C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés par hasard au Leclerc (!), où nous avons fait nos courses. Par chance, le centre d'information touristique y tenait un stand et une femme nous a expliqué, sur le plan qui n'était pas à l'échelle, comment éviter en partie ce terrible Bld de la République et nous retrouver  sur la route de Château-Chinon. C'est ainsi que j'ai raté le temple de Janus, splendide ruine romaine, mais ce faisant j'ai aperçu une des belles portes qui orne encore l'enceinte de la ville.

 

Nous voici donc hors d'Autun en direction de St Prix en Morvan. La suite demain.