UA-63377666-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2014

Evreux - son musée, son chocolatier...

Petite virée à Evreux, avec ma mère, guide conférencière, à l’affût de tout ce qui peut lui rappeler l'Italie, son pays natal qu'elle a exploré presque sous toutes ses coutures.

Un ami lui signale cette délicieuse exposition au musée d'Evreux "Le voyage en Italie". Ni une ni deux, nous prenons le train depuis la Gare St Lazare, un merveilleux TER quasiment vide ce vendredi matin qui nous laisse en Normandie en une heure.

Chaleur un peu lourde d'un jour de juillet orageux, mais la campagne est verte et le chemin pour aller de la gare au Musée de l'Evêché est agréable, tout en pente descendante vers le centre ville et la cathédrale dont aperçoit l'étonnante flèche à l'horizon.

Traversée d'un jardin typiquement 19ème avec de beaux arbres. Descente dans le centre ville. Côtoiement de la rivière Iton dont les berges en canal ont été restaurées et paysagées et nous arrivons au Musée pour voir cette exposition d’œuvres de peintres français qui ont peint l'Italie au XVIIIe et XIXe.

On commence par visiter le musée qui possède une très intéressante collection archéologique. Un des remparts romains de la ville est intégré à la salle d'exposition des collections mêmes ce qui donne un aspect saisissant à l'ensemble. Sur ce mur des panneaux expliquent la construction de la voie romaine qui menait de Paris à la mer en longeant la Seine et dont quelques tracés peuvent encore être vus si on y prête attention. Certainement conçue pour un public scolaire, elle est toute fois extrêmement intéressante et pas du tout simplifiante.

Nous montons à l'étage où nous découvrons l'ensemble de la collection de M. Pacht grand amateur de paysages de XVIIIe et XIXe. Un bonheur pour ma mère qui connait la plus part des lieux et s'interroge à haute voix sur les légendes ! C'est là qu'à notre grande surprise une voix en italien lui répond. Le commissaire de l'exposition était assis dans un coin. Il attendait les élèves de l'Institut National du Patrimoine où il enseigne. En cinq minutes les présentations sont faites. Il est Napolitain. Est parti faire un doctorat en France où il habite maintenant depuis au moins 20 ans.

Nous continuons notre visite en allant de surprise en surprise. 

Au 2ème étage une galerie - le chemin de ronde - expose les photos du photographe et cinéaste Alain Fleischer, qui a été à la villa Medicis de 1988 à 1990. Il s'agit de photos souvenir, qui n'ont rien à voir avec son travail de plasticien. Les petits tirages (30x20 cm) en noir et blanc montrent Rome qui a presque disparu, simple et populaire. Photos de "ciociari", petit cirque de banlieue. C'est à peu près l'époque où nous aussi avons quitté la ville, et probablement une certaine nostalgie voile notre regard.

Et puis nous sortons de l'exposition à proprement parler pour regarder les collections permanentes et nous sommes dans l'aile de l'art moderne. Là sont exposés les tableaux d'un peintre que je ne connaissais pas, Pierre Pallut. Je n'ai découvert que récemment, grâce à une exposition au musée du Luxembourg, ces peintres français des années '50, les Debré, Soulages, Tal Coat... Au départ je ne pensais pas pouvoir aimer ce type de peinture malgré mon amour pour l'oeuvre ed Nicolas de Staël.

Pierre Pallut, né à Gommerville en 1918, appartient un peu à cette école d'art abstrait mais il a développé un style à part.

Dans une grande salle au dernier étage du musée, une petite partie de ses oeuvres est exposée. On est peu à peu happé par ces grands aplats de couleurs claires qui au fur et à mesure qu'on les regarde vous aspirent. 

Dans une toute petite pièce peinte à la chaux d'un blanc éclatant trois peintures, dont deux natures mortes d'une simplicité morandienne et un tableau abstrait tout en gris et beiges... Un texte de la conservatrice vous éclaire sur les motivations de l'exposition. Rarement je prends le temps de lire les textes dans les expositions, celui-ci m'a particulièrement touché par le style et le contenu.

Bref.

En redescendant, nous retraversons le cloître où des tables avaient été dressées pour le déjeuner qui allait réunir le groupe qui avait assisté à la visite guidée de l'exposition sur le Voyage en Italie par son commissaire. Nous serions volontiers restées !

pallut.jpgPallut 2.jpga.Pallut.jpg 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'exposition, je vous conseille cet article du site de France Télévision qui a fait un très joli reportage :

 

 

 

 

 

 

http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/peinture/sur-les-routes-ditalie-avec-les-peintres-francais-du-18eme-au-musee-devreux-0

(La photo de Pallut dans son atelier est de Jean-François Bauret.)

Avant de partir, nous avons fait une brève incursion dans la cathédrale qui est immense et légèrement oppressante. Elle est dotée d'un orgue contemporain dont l'aspect m'a déconcerté.

Sorties de là, il a fallu déjeuner et nous avons mangé une excellente salade (nous étions pressées par le train du retour, sinon la raie sur ses pommes de terre à la vapeur m'aurait bien séduite) à la Brasserie du Beffroi, conseillées par la pâtissière de la chocolaterie Auzou qui elle mérite vraiment le détour.

Sur la route d'Italie.jpg

 

Auzou.png

16:31 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

30/05/2014

Les beautés réelles du Chatillonnais ...

Cette fois-ci, au lieu de se promener simplement dans les bois (qui sont nombreux et forts grands, ce qui nous rapelle que la Bourgogne n'est pas si éloignée que ça de la Gaule chevelue décrite par Jules César dans ses chroniques) nous sommes allés à la découverte d'une particularité géologique et naturelle, le marais tuffeux des Brosses.

DSCF5429.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne m'aventurerai pas à expliquer comment se forme le tuf, en tous les cas un parcours aménagé au dessus de la résurgence d'une source vous permet de découvrir une sorte de jardin ou morceau de nature avec la végétation typique du marais. Pour le trouver il a fallu aller du côté de Recey sur Ource et se diriger vers Terrefondrée. Le nom de ce village fort joli m'a tout simplement bluffée. Il se trouve dans un vallon entouré de forêts. Nous y sommes arrêtés afin de chercher les sources de la Douix, dont la résurgence dans une caverne vénérée depuis la nuit des temps se trouve à Châtillon.

Au bout d'un petit chemin nous avons trouvé ça, une nature moussue et verte, très humide, avec un petit filet d'eau qui chantait. Les hautes herbes mouillées à cause de la pluie ne nous ont pas permis de nous aventurer plus loin, nous avions les pieds et le bas du pantalon trempés. Mais nous nous promettons de revenir par temps sec.

DSCF5414.JPG

DSCF5417.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a dans ces lieux où l'eau coule une atmosphère particulière.

DSCF5418.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au retour, deux grands chiens ont couru vers nous en aboyant. Un aboyement joyeux et puissant qui incitait à la prudence. Ils ont surgit de nulle part et quand j'ai voulu boire à la grande fontaine du village ils m'en ont quasiment empêchée en sautant dedans.

Finalement, ils sont partis, non sans s'être frotté contre mon pantalon pour l'un, un gros bouvier bernois.

DSCF5424.JPG

 

 

 Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à Lugny. Depuis la route, on est impressionné par le groupe de bâtiments et le porche Renaissance. Cette abbaye très ancienne a été transformée après le XVIIIe en usine de faïence. C'est la femme du propriétaire qui m'a expliqué ça. La propriété, immense, ne se visite que lors des journées du patrimoine.  Très gentiment elle m'a fait entrer et montré l'étendue des lieux.

 

Chartreuse6.jpg

 

 

 

 250 mètres plus loin, une autre chapelle romane, dépendance de la Chartreuse, désormais intégrée dans des bâtiments de ferme vous interpelle depuis le bord de la départementale. Un gardien à moustache grise m'a permis de regarder. Tout est vide mais entretenu. La chapelle est saine mais l'intérieur est bien abîmé.

 DSCF5437.JPG

18:55 Publié dans Art, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1)

16/05/2014

Les Trois Ourses

Passage Rauch dans le 11ème se trouve une galerie éditeur spécialisée dans les illustrateurs de livres pour enfants qui propose également des ateliers.

Aujourd'hui, sur le trottoir le long de leur devanture, les enfants certainement guidés par quelqu'un d'artiste ont laissé libre court à leur imagination.

Les Trois Ourses : http://lestroisourses.com/librairie-galerie canards.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Avec en ce moment une exposition consacrée à Katsumi Komagata.

DSC00001.JPGDSC00002.JPGDSC00003.JPGDSC00004.JPGDSC00005.JPGDSC00006.JPGDSC00009.JPG

19:49 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)